Télécharger
communique_de_presse_fdsp_fafpt_fo_unsa_
Document Adobe Acrobat 75.7 KB

Le 22 mars, on y va toutes et tous !


Manifestation jeudi 20 septembre 2018

à 10H30 au Vieux-Port à Marseille

 

- Le retrait des réformes et restructurations annoncées : SNCF, Fonction Publique, Universités
- l'abrogation des lois qui remettent en cause les garanties collectives
- L’augmentation des salaires, des pensions, des minima sociaux, des revenus de remplacement, le SMIC à 1 800 €
- Le passage au 32 H avec maintien de salaire
- L'égalité salariale et professionnelle entre les femmes et les hommes
- Le maintien et le développement de nos atouts industriels
- Le financement des Services Publics afin d’assurer leurs missions au service de l’intérêt général en garantissant à toutes et tous, le droit élémentaire de se soigner, de se loger, de s’éduquer…
- Le financement de la Sécurité Sociale (maladie, famille, retraite, chômage, logement) basé sur les cotisations, par la mise à contribution des revenus du capital et non sur l’impôt.

 

 

Action interprofessionnelle nationale

jeudi 28 juin 2018


Assemblée Générale des personnels de la protection de l'enfance

et de la prévention sociale 13 ce mardi 29 mai de 14h à 17h


Retrouvons-nous nombreux en Assemblée Générale

Mardi 11 septembre 2018 de 14h00 à 17h00


Attention ! pendant les mois de juillet et d'août, les permanences de vos
délégués CGT sont modifiées : téléphoner ou envoyer un courriel pour connaître leur disponibilité.


Les agents de la Maison Départementale de la Solidarité de l'Estaque sont en grève depuis 5 jours et occupent les locaux (2 allée Sacoman - 16ème arrondissement). Venez les soutenir moralement et financièrement. Merci à toutes et tous !

 


Le 26 mai, une marée populaire

à Marseille à 11h00 au Vieux-Port

 

Engagée aux cotés des salariés dans de nombreuses luttes au sein des entreprises, des services publics pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité la CGT propose une nouvelle journée de mobilisation le samedi 26 mai 2018. Il s’agit de rassembler la jeunesse, les retraités, les salariés en emploi et hors de l’emploi, les précaires ainsi que toutes celles et ceux qui, solidaires des luttes en cours, ne sont pas encore engagés dans l’action. Partout, la CGT appelle d’autres forces sociales à « une marée populaire pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité » qui doit déferler pour imposer une autre répartition des richesses dans notre pays. Faut-il rappeler que la France est le premier pays au monde en matière de dividendes versés aux actionnaires, soit l’équivalent de 407 milliards d’euros en 10 ans. Cela au détriment de l’intérêt général et du pouvoir d’achat.

 

Cheminots — Air-France — Éboueurs publics et privés — Énergie — Universités...

Les programmes dans les cinémas d'art et d'essai à Marseille
Depuis mai 2017, Emmanuel Macron est à l'Élysée, cette fois-ci dans le fauteuil du président. Il faut dire que jusqu'alors, il ne faisait que lui tenir le stylo (avant un petit tour à Bercy). En 6 mois (et un peu plus), il a déjà eu le temps d'accomplir quelques hauts faits et méfaits. Il aura surtout eu le temps de montrer à quel point nous avions raison de nous inquiéter de sa volonté « réformatrice ». Il est grand temps pour nous, en 2018, de nous rassembler contre cette politique dramatique et de prévoir la riposte nécessaire.

22 mars : les revendications de la CGT

 

- Une négociation salariale immédiate pour le dégel de la valeur du point d’indice, le rattrapage des pertes subies et l’augmentation du pouvoir d’achat ;
- L’abrogation du RIFSEEP, dispositif injuste et portant atteinte à la Fonction publique de carrière ;
- L’arrêt des suppressions d’emplois et les créations d’emplois statutaires dans les nombreux services qui en ont besoin et non un plan destiné à accompagner de nouvelles et massives suppressions ;
- Un nouveau plan de titularisation des contractuel-le-s, de nouvelles mesures pour combattre la précarité et non pour favoriser son extension comme le préconise le gouvernement ;
- Des dispositions exigeantes pour faire respecter l’égalité professionnelle ;
- L’abrogation du jour de carence ;
- Le respect plein et entier de la démocratie sociale, du syndicalisme, de son rôle de représentation des agents et de ses moyens de fonctionnement et d’intervention (comité technique et CHSCT) ;
- L’arrêt des processus de remise en cause des régimes des modalités d’organisation du temps de travail, le respect du cadre des 35h et des dispositifs négociés avant 2001 ;
- La défense et la pérennisation du système de retraite par répartition et des régimes particuliers ainsi que l’amélioration de la reconnaissance de la catégorie active et de la pénibilité ;
- Le rétablissement du 1% CNFPT.

[lire le préavis de grève de la fédération]

 

Rendez-vous des luttes 

             

  • Vendredi 9 février : Manifestation de soutien à La Marseillaise.  RDV devant le journal à 11h00.
  • Jeudi 22 février : manifestation CGT pour l'emploi, les services publics et la santé.  RDV à 10h00 au Vieux-Port à Marseille.
  • Jeudi 15 mars : manifestations nationales des retraité-e-s.
  • Jeudi 22 mars : manifestations nationales unitaires pour les services publics.

Sur l'agenda

Jeudi 14 et vendredi 15 décembre 2017 : COLLOQUE INTERNATIONAL EUROPE DU SUD - MÉDITERRANÉE avec pour thème : "Quelles luttes, quelle solidarité internationale en Méditerranée et Europe du Sud, pour gagner le progrès social, la justice sociale ?"

 

19 décembre 2017 : Commissions administratives paritaires d'avancements et promotions (CAP).



FLASH-INFO

Soutien aux mineurs étrangers

 

Depuis mardi 21/11,  plus de 60 mineurs étrangers isolés occupent l'église Saint-Ferréol, à l'initiative du Réseau Éducation Sans Frontières 13 et le Collectif soutien Migrants 13 - El Manba soutenus par des associations, collectifs, syndicats et organisations politiques, dont l'UD CGT, l'Union locale, la CGT Educ'Action ... L’archevêché a décidé d'accueillir ces jeunes jusqu'à ce samedi matin, tout en soulignant que le Conseil départemental doit prendre ses responsabilités. La CGT du Conseil départemental des Bouches-du-Rhône dénonce depuis plusieurs années les manquements des institutions de l’État et du Département quant à la prise en charge de la mission de protection de l’enfance. Aujourd’hui la république laisse au secteur caritatif le soin de prendre en charge les enfants dont nous avons la responsabilité qu’ils soient ou non étrangers. Ce n’est plus admissible !

« Ceux qui luttent ne sont pas sûrs de gagner, mais ceux

qui ne luttent pas ont déjà perdu. »   Berthold Brecht

 
Depuis mai 2017, Emmanuel Macron est à l'Élysée, cette fois-ci dans le fauteuil du président. Il faut dire que jusqu'alors, il ne faisait que lui tenir le stylo (avant un petit tour à Bercy). En 6 mois (et un peu plus), il a déjà eu le temps d'accomplir quelques hauts faits et méfaits. Il aura surtout eu le temps de montrer à quel point nous avions raison de nous inquiéter de sa volonté « réformatrice ». Il es temps pour nous, en 2018, de nous rassembler contre cette politique de méfaits.
Rassemblement mardi 7 mars 2017
à 11h00 à Marseille devant la Préfecture
des Bouches-du-Rhône