L'Actualité


La CGT condamne l'opération militaire turque en Syrie contre les Kurdes

Aucun argument ne peut justifier l’opération militaire lancée par le président de la Turquie au nord de la Syrie. La menace terroriste invoquée est ridicule.  La CGT dénonce cette intervention militaire qui est une violation flagrante du droit international quant au respect des frontières internationales. Aucun État souverain sur la planète n’accepterait une telle ingérence sur son territoire au prétexte fallacieux de créer une « bande de sécurité » au-delà de ses propres frontières. Il s’agit de la part de la Turquie d’une opération militaire et de mise sous contrôle d’un territoire qui n’est pas le sien. Le risque d’embrasement de la situation dans cette région du monde appelle à l’intervention active et réelle de la communauté internationale sous l’égide de l’ONU. L’une des principales motivations de cet acte de guerre de la part du président turc est de détourner le mécontentement grandissant des couches populaires défavorisées dans son pays, de plus en plus appauvries sous les effets néfastes d’une crise économique qui ne cesse de s’approfondir et de masquer ses échecs politiques depuis les élections municipales et la mise en évidence de détournements de fonds énormes.


24 septembre : importante mobilisation contre la réforme des retraites

Ce mardi 24 septembre, ce sont plus de 150 000 personnes qui ont manifesté dans plus de 170 villes de France pour l’emploi et l’augmentation des salaires, plus de services publics et un régime de retraite par répartition solidaire et intergénérationnel. Des milliers de personnes se sont rassemblées à travers tout le territoire afin de porter ces revendications légitimes. Légitimes car elles répondent aux besoins de financement nécessaires pour améliorer notre système de retraite reconnu comme un des meilleurs au monde et stopper la réforme mortifère que prépare le gouvernement.

 

Le gouvernement ne peut plus rester sourd aux différents rassemblements qui ont eu lieu depuis des mois. Sans plus attendre, il doit – entre autres – combattre le chômage, imposer l’égalité salariale entre les femmes et les hommes. Cette journée, marque la première mobilisation nationale interprofessionnelle et le début d’un processus de lutte contre le projet de retraite par point voulu par Macron - Delevoye qui remet en cause le fondement même de notre contrat social.



Retraites : stoppons le projet de régression sociale du gouvernement !

Non au système universel par point ! Le projet gouvernemental confié depuis près de 2 ans à Jean Paul Delevoye, haut-commissaire à la réforme des retraites, prend forme. Ce dernier fait des annonces au cœur de la période estivale, après un simulacre de concertations orchestré pour détourner l’attention de la population sur les vraies raisons de cette nouvelle réforme régressive.

Télécharger
retraites_le_projet_regression_sociale_e
Document Adobe Acrobat 149.6 KB

Au nom de « l’équité » personne ne sera épargné, actifs comme retraités !


10 octobre 2019 : 17ème journée mondiale contre la peine de mort

La Coalition mondiale contre la peine de mort, forte de ses 150 membres organise sa 17ème journée de sensibilisation et de mobilisation. L’occasion de rappeler que cette peine est inhumaine, cruelle et dégradante et de soutenir ceux qui se battent pour son abolition universelle.

« Quelle que soit la situation, nous sommes opposés à la peine capitale en toute circonstance et sans restriction. Recourir à la peine de mort a pour but affiché ou prétendu de punir, de réprimer, voire de donner l’exemple et de prévenir d’autres crimes ou délits. Le caractère dissuasif de la peine capitale n’a pourtant jamais pu être prouvé. Avant d’être exécuté, les condamnés auront généralement passé de longues années dans les couloirs de la mort, parfois sans savoir quand ils seraient exécutés et sans possibilité de voir leurs familles. La peine de mort est cruelle, inhumaine et dégradante. Elle est inefficace.»

AMNESTY INTERNATIONAL



Ensemble, disons NON à la politique de casse du gouvernement !

Arrivé au pouvoir depuis maintenant plus de deux ans le gouvernement Macron poursuit une politique de démantèlement de tout ce qui concourt à construire et à faire vivre une république démocratique et sociale : Code du travail, sécurité sociale, système de retraite solidaire par répartition, statut des fonctionnaires, services publics ferroviaires et de l’énergie... La promulgation début août de la loi dite de « transformation de la Fonction publique » est le plus récent développement de cette offensive antisociale et antidémocratique.

Télécharger
TRACT 24 SEPTEMBRE 2019.pdf
Document Adobe Acrobat 208.9 KB


Salaires et pouvoir d’achat : la page n’est pas tournée !

Le 2 juillet dernier, à l’occasion d’une parodie de rendez-vous salarial, Olivier Dussopt a confirmé que le pouvoir exécutif n’entendait toujours pas augmenter les salaires des agents de la Fonction publique en 2020 et sans doute pas davantage en 2021 et 2022. On ne saurait parler de surprise puisque nos gouvernants sont au progrès social et à la justice économique ce que Donald Trump est à la poésie et à la délicatesse ! Les conséquences du gel interminable de la valeur du point d’indice et de l’absence de mesures générales étaient déjà préoccupantes; elles deviennent à présent catastrophiques.

 

Télécharger
2019_08_01_salaires_2.pdf
Document Adobe Acrobat 550.8 KB


Assemblée Générale d'information des personnels sur les lois Macron

Dans le cadre de la grande manifestation nationale contre le projet de loi Macron des retraites par point, la CGT du Conseil Départemental vous invite à venir participer à l'Assemblée Générale des personnels qui aura lieu en salle des séances publiques de l'Hôtel du Département

 

Jeudi 19 septembre de 9H00 à 12H00


 3 heures d'information syndicales ont été déposées par le syndicat CGT auprès de l'Administration.



24 juillet : le gouvernement veut en finir avec la Fonction publique !

C’est au coeur de l’été que le gouvernement a décidé d’accélérer le processus de destruction des services publics. Ainsi, suite à la commission mixte paritaire (CMP) du 4 juillet 201 9 la version finale du projet de loi dit « de transformation de la Fonction publique » va être soumise au vote du Sénat le 24 juillet. À l’inverse des propositions portées par les organisations syndicales, représentantes des agents, ce projet de loi remet profondément en cause la Fonction publique et notamment son versant territorial. Jamais les garanties individuelles et collectives des agents n’ont été autant remises en cause, jamais le déni de démocratie sociale n’a été aussi fort. Le « rendez-vous salarial » du 2 juillet où, à aucun moment, le dégel du point d’indice n’a pu être évoqué en est aussi l’illustration.


Télécharger
TRACT 24 JUILLET 2019.pdf
Document Adobe Acrobat 207.5 KB

Non à la loi ! Déclaration unitaire du 23 juillet des organisations syndicales

Les organisations syndicales de la Fonction publique CGT, CFDT, FO, UNSA, FSU, SOLIDAIRES, CFE-CGC, CFTC et FA-FP réaffirment leur opposition à la loi de transformation de la fonction publique votée ce 23 juillet au Sénat après le vote du 18 juillet à l'Assemblée nationale. Cette loi contourne le statut de la fonction publique, garant de la neutralité du service rendu et de l'égalité des droits des agentes et agents mais aussi des usagères et usagers. Elle va également réduire les capacités des organisations syndicales à défendre collectivement les droits des agentes et des agents publics en termes de carrière et de santé et sécurité au travail par l'affaiblissement des commissions administratives paritaires (CAP) et la suppression des comités d'hygiène, santé et conditions de travail (CHSCT).


Télécharger
2019-07-23_declaration_des_organisations
Document Adobe Acrobat 136.8 KB

Les niches fiscales coûtent 100 milliards d’euros par an à la collectivité

La CGT pointe depuis longtemps l’inefficacité de certaines niches fiscales.

Le CICE, avec son coût de 20 milliards d’euros par an pour les finances publiques et son impact inexistant sur l’emploi, est un exemple tristement célèbre d’un cadeau inutile, en l’occurrence au capital. Dans Le Monde du 19 juillet, c’est Joël Giraud qui dénonce « l’incurie » du gouvernement. M. Giraud n’est pas militant CGT, mais… député LREM et rapporteur du budget. Le risque de biais idéologique est donc plutôt faible, et ses conclusions sont assez sévères.

Télécharger
190718 - Mémo 11 du Pôle éco - Niches Fi
Document Adobe Acrobat 145.7 KB


RDV salarial du 2 juillet 2019 : un nouveau gel du point d'indice jusqu'en 2022 !

À l’occasion de ce que seul le gouvernement peut appeler un "rendez-vous salarial", le secrétaire d’État a réussi l’exploit invraisemblable, dans un propos introductif d’environ une demi-heure, de ne pas prononcer une seule fois les mots de mesures générales ou de revalorisation du point d’indice ! Certes, quelques mesures comme celles concernant le remboursement des frais de repas lors des missions ou l’amélioration du dispositif du CESU (pour la Fonction publique de l’Etat) vont dans le bon sens. Mais, outre quelles sont insuffisantes, elles n’ont rien à voir avec les salaires proprement dit.

 

Le gouvernement a par ailleurs confirmé sa volonté de développer les dispositifs d’individualisation des rémunérations.  Sur l’essentiel, la confirmation du désaccord est donc totale et irréductible. Avec FO, la FSU et Solidaires, la CGT a choisi de quitter la séance dès la fin des interventions générales puisqu’il n’y avait rien à négocier.  À l’évidence, l’ultra-libéral secrétaire d’État prépare le terrain pour une absence de toute mesure générale et prépare donc le gel de la valeur du point jusqu’en 2022, fin de la mandature actuelle. 

Il s’agit bien là de dogmatisme puisque ce chantre de la loi du marché s’est montré incapable de répondre aux arguments de la CGT. Il confirme ainsi le peu de cas qu’il fait des agents et de leurs représentants. Mais il devrait faire attention car le légitime mécontentement des salariés grandit chaque jour.  Et la CGT, s’emploiera à l’amplifier encore et à faire converger les colères pour élever le rapport de forces et l’inscrire dans la durée, dans l’unité la plus large possible.

La casse des services publics et du Statut, les politiques d'austérité, on n'en veut  toujours pas !



Délégation CHSCT concernant la multiplication de punaises dans les services

Depuis la fin 2018, notre syndicat et ses délégué·e·s au CHSCT se sont mobilisés pour demander un point sur cette problématiques, les préventions et les méthodes de luttes concernant les punaises. En effet, plusieurs cas d'infestations ayant été reportés chez les ASFAM et à la Bibliothèque départementale, nous avons exigé la mobilisation de cet organisme de prévention. Après deux délégations, la collectivité a présenté en CHSCT plénier du 2 juillet dernier un premier document dont on trouvera une copie en annexe avec les procédures retenues. Les "kits" MDS nous ont été annoncés pour livraison dans les semaines prochaines. Nous restons à disposition des agents et des assistantes familiales pour examiner chaque situation et aider à investir ce plan de prévention et de lutte contre les punaises. N'hésitez-pas à utiliser le "REGISTRE CHSCT" de votre MDS et à nous communiquer le double  de votre signalement.

Télécharger
001-10.pdf
Document Adobe Acrobat 354.0 KB


Offensive anti-démocratique contre le droit de grève dans la Fonction publique

Droit de grève dans la Fonction publique territoriale : union sacrée LREM - Les Républicains contre les droits d’expression démocratiques des personnels territoriaux. Le Sénat a adopté en première lecture le projet de loi dit de « transformation de la Fonction publique ». Cette version du projet contient notamment un article visant à restreindre le droit de grève des agents territoriaux, issu d’un amendement d’une sénatrice Les Républicains.

Télécharger
droit_de_greve_dans_la_fpt._l_union_sacr
Document Adobe Acrobat 63.2 KB


Depuis déjà plusieurs mois, la CGT alerte sur les dangers de la réforme des retraites

Alors que le projet de loi sur la réforme des retraites sera présenté cet été au Parlement et que la cacophonie gouvernementale règne, la CGT, face au nouveau système de calcul qui glisse rapidement et sûrement vers la contribution propose d’améliorer les droits de tous les régimes. Jusque-là, le Gouvernement avance des objectifs attrayants en promettant un nouveau système de retraite plus simple et plus juste mais élude tous les sujets essentiels tel que le niveau de pension et l’âge de départ à la retraite. La CGT s’oppose à une réforme du système qui passerait du principe de solidarité et de la juste répartition à celui de la capitalisation. Notre retraite n’est pas un jeu de hasard. Le taux de pension ne peut être pensé comme une loterie !


Combattre le harcèlement au travail : un nouveau guide !

Un guide à destination de toutes et tous qui vous donne des outils concrets pour faire face aux situations de harcèlement moral ou sexuel au travail.

Le harcèlement moral et le harcèlement sexuel sont des phénomènes qui touchent toute notre société et singulièrement le monde du travail. Nous assistons depuis quelques années à une prise de conscience salutaire sur ces questions. Mais face à une situation concrète sur son lieu de travail comment réagir ? Quels sont les outils législatifs disponibles pour combattre le harcèlement ? Quelle est la responsabilité de l'employeur non seulement face à un cas de harcèlement mais également en termes de prévention ? Conçu pour les syndicats, les élus du personnel, les conseillers prud'hommes mais également les salariés, ce guide clair et complet rédigé par des experts est à jour des dernières décisions des tribunaux. Il vous donne les clés juridiques qui vous permettront de combattre concrètement le harcèlement dans les relations de travail.



Journées d'action et de mobilisation les 27, 28 et 29 mai

L’importante journée d’action et de grève des agent-es du 9 mai dernier à l’appel des organisations syndicales CFDT, CFTC, CFE-CGC, CGT, FAFP, FO, FSU, Solidaires et UNSA a permis de dénoncer le projet de loi de transformation de la Fonction publique lourd de conséquences négatives tant pour les agent-es que pour les  usager-es. Les annonces récentes sur les 120 000 suppressions d’emploi qui ne seraient plus l’objectif du gouvernement et sur la mise en place d’une prime de précarité constituent des inflexions positives à mettre au compte de la large unité syndicale et de la mobilisation.

Télécharger
Communiqué de l'intersyndicale
27.28.29MAIntersyndicalNational.pdf
Document Adobe Acrobat 149.9 KB


Le 9 mai, pour la défense des services publics, des milliers de manifestants !

Plusieurs dizaines de milliers de fonctionnaires sont descendus dans la rue ce jeudi 9 mai pour réclamer l'arrêt de la réforme de la fonction publique et l'externalisation des missions (la privatisation) au détriment du citoyen. L'intersyndicale a réaffirmé sa volonté de mettre en œuvre un processus de mobilisation qui s'inscrit dans la durée. À Marseille ce sont plus de 30 000 manifestants qui ont été recensés derrière les banderoles des fédérations de fonctionnaires. Le gouvernement doit retirer son projet de casse !


Télécharger
communique_fonction_publique_9_mai.pdf
Document Adobe Acrobat 87.3 KB

1er mai 2019 : plus de 310 000 manifestants dans toute la France

Cette journée de lutte internationale des travailleurs s’est traduite sur tout le territoire par près de 250 manifestations. Plus de 310 000 salariés, privés d’emploi et retraités se sont rassemblés pour exprimer au gouvernement mais aussi au patronat l’exigence d’autres choix politiques en faveur d’une hausse des pensions et salaires, de plus de justice fiscale, de services publics de proximité, d’une politique sociale répondant aux besoins de la population. L’expression revendicative de ce jour, cumulée aux nombreuses luttes dans les entreprises, dans plusieurs branches d’activité, la fonction publique, les actions spécifiques des retraités, les actions interprofessionnelles viennent démontrer, s’il le fallait encore, la colère sociale, l’attente de décisions majeures au profit de ceux qui ne vivent que de leur travail. La CGT va continuer à militer pour élargir le rapport de force nécessaire afin de conquérir de nouveaux droits et contrer les mauvais coups de ce gouvernement et de sa majorité parlementaire.

Urgences sociales, fiscales... La réponse CGT en 19 propositions

Alors que le Président de la République va annoncer ses mesures à la suite du débat national, la CGT a mené son véritable débat à travers les cahiers d'expression revendicative populaire, donnant ainsi la possibilité à toutes et tous de faire entendre leur voix. On le sait, le système libéral et mondialisé ne profite qu'aux multinationales et aux très riches. 87% de nos concitoyens demandent un changement de politique économique et sociale. La lutte pour la justice sociale, fiscale ou la justice climatique est un tout, un même combat visant à changer de système. Ainsi, la CGT a regroupé ses 19 propositions en 5 urgences.


Les dangers de la loi de transformation de la Fonction publique

Privatisation et abandon de missions, augmentation de la part individuelle de la rémunération, introduction des ruptures conventionnelles pour inciter les titulaires à quitter la Fonction publique, etc. Baptiste Talbot, secrétaire général de la Fédération des Services publics nous explique pourquoi il est urgent de se mobiliser contre le projet de loi de transformation de la Fonction publique.

Parce que leur raison d’être est la satisfaction de l’intérêt général, la promotion du « bien commun », et la recherche du progrès social permanent, les Services Publics sont la colonne vertébrale de l’intervention publique. Ils doivent d’abord répondre mieux aux attentes et besoins des populations et donc à l’intérêt général. Ils sont les outils de la solidarité, de la citoyenneté et de la cohésion sociale.



Le combat contre le projet de loi fonction publique c’est une lutte pour la population, les agents, le progrès social

Depuis son arrivée au pouvoir, Emmanuel Macron a multiplié les attaques contre les agents de la Fonction publique : gel de la valeur du point, rétablissement du jour de carence, remise en cause de missions publiques, nouvelles et massives suppressions d’emplois, etc. À présent, il s’attaque frontalement au Statut général avec un projet de loi aux dispositions dévastatrices.


3 tracts CGT sur le projet de loi fonction publique :

Télécharger
Loi fonction publique : CAP/carrière/salaire/mobilité
2019_03_13_loi_fp_cap_v2.pdf
Document Adobe Acrobat 111.2 KB
Télécharger
Loi fonction publique : dialogue social/CT/CHSCT
2019_03_13_loi_fp_dialogue_social.pdf
Document Adobe Acrobat 110.3 KB
Télécharger
Loi fonction publique : recours aux contrats
2019_03_13_loi_fp_contrats.pdf
Document Adobe Acrobat 111.7 KB


La loi liberticide "anti-casseurs" votée au Sénat : l'arbitraire total !

Macron va saisir le Conseil constitutionnel, signe de la fébrilité du Président et de son gouvernement. Ci-dessous, le communiqué de la CGT publié le 12 mars :

De manière tout à fait inédite puisque cela sera la 2ème fois sous la Vème République, le Conseil Constitutionnel va être saisi directement par le Président de la République d’une proposition de loi. La loi liberticide dite « anti-casseurs », issue du groupe Les Républicains et votée par l’Assemblée nationale, doit être examinée en seconde lecture au Sénat aujourd’hui 12 mars. Il est déjà prévisible que le gouvernement français va être une fois encore montré du doigt dans sa politique de surenchère sécuritaire face au mouvement social qui dure depuis des mois.
Voulant sans doute couper l’herbe sous le pied à l’opposition qui avait déjà fait savoir son intention de saisir le Conseil constitutionnel sur cette loi, Emmanuel Macron cherche probablement à s’abriter derrière une décision du Conseil constitutionnel.
Pour la CGT, c’est le signe d’un Président et d’un gouvernement sous haute pression dans un contexte social explosif.

En effet, l’étau se resserre avec les multiples recommandations, alertes et mise en garde internationales et européennes. Le Parlement européen, le Conseil de l’Europe et l’ONU ont, de manière unanime, dénoncé les atteintes excessives à la liberté de manifester, l’escalade des violences policières contre les manifestants et notamment l’usage du LBD (dit « flash-Ball »).
Cela conforte notre démarche puisqu’avec de nombreuses organisations syndicales et associatives de défense des droits fondamentaux, nous n’avons eu de cesse de dénoncer cette loi liberticide portant en germe des atteintes graves aux libertés fondamentales. Suite à un recours commun, le Conseil d’État devra d’ailleurs prochainement se prononcer sur l’interdiction des LBD.
La CGT ne lâchera rien et demande donc l’abandon pur et simple de cette proposition de loi et l’interdiction des armes mutilantes contre les manifestants.



On va vous faire aimer l'impôt !

Augmenter les impôts et baisser les taxes : une urgence sociale !

 

Selon le dernier rapport de l’OCDE, la France, avec un taux de prélèvements atteignant 46,2% du Produit Intérieur Brut en 2017 serait championne du monde de la pression fiscale. La France championne du monde de la pression fiscale ? Faux !

 

Il est faux en effet de présenter ces données comme reflétant la fiscalité française. En effet, ces chiffres intègrent les cotisations sociales, qui ne sont ni des impôts ni des taxes mais un élément du salaire. De plus, d’un point de vue pratique, ces cotisations financent la sécurité sociale ; or, dans les pays où la sécurité sociale n’existe pas, les soins médicaux ne sont pas gratuits !

Ainsi les travaux de l’OCDE prouvent même que loin d’être un enfer fiscal, la France se situe dans la moyenne. (Une publication de la CGT-finances)