RETRAITES : Tous ensemble, le 24 septembre 2019

en grève et en manifestation

à 10H30 au Vieux Port à Marseille

Retraites : stoppons le projet de régression sociale du gouvernement !

Non au système universel par points ! Le projet gouvernemental confié depuis près de 2 ans à Jean Paul Delevoye, haut-commissaire à la réforme des retraites, prend forme. Ce dernier fait des annonces au cœur de la période estivale, après un simulacre de concertations orchestré pour détourner l’attention de la population sur les vraies raisons de cette nouvelle réforme régressive.

Télécharger
retraites_le_projet_regression_sociale_e
Document Adobe Acrobat 149.6 KB

Au nom de « l’équité » personne ne sera épargné, actifs comme retraités toutes et tous perdants !

Les agents de la fonction publique grands perdants de la réforme !

Les fonctionnaires ne sont pas privilégiés, le montant moyen de leur retraite est le même que celui des salariés, à qualification égale. Rien ne justifie cette réforme démagogique à leur détriment. Sur 4 points précis, les fonctionnaires ont tout à craindre de cette réforme :
  1. Le calcul sur les 6 derniers mois est fondé sur la grille de carrière linéaire des fonctionnaires. L’intégration des primes ne compensera pas la sous-rémunération du début de carrière, parfois sous le SMIC en catégorie C.
  2. Les catégories actives. Le gouvernement entend supprimer les 5 ans de départ anticipé aux agents qui ne portent pas l’uniforme, et dont le métier peut être exercé dans le privé : aides-soignantes, agents d’exploitation des travaux publics… Le compte personnel de prévention du privé, avec deux ans au maximum de départ anticipé, serait étendu à la Fonction publique, au nom du principe « travail égal, retraite égale ».
  3. En totale contradiction avec ce principe, l’intégration des primes dans le calcul du montant de la retraite accroît les inégalités entre les fonctionnaires faisant le même travail, et entre les employeurs publics (collectivités locales, établissements publics, ministères). Elle n’est pas l’intégration dans le salaire indiciaire, car les employeurs pourront privilégier l’augmentation des primes à la place du point d’indice. C’est ce que fait le gouvernement aujourd’hui.
  4. La pension de réversion des fonctionnaires est aujourd’hui sans condition d’âge et de plafond de ressources. La réforme veut introduire une condition d’âge et un plafond de ressources, qui va largement léser les veuves et veufs.

Toujours mobilisés pour la protection de l'enfance !

Les 4 et 5 juillet derniers se sont déroulées à Marseille les assises de la Protection de l’Enfance.

C’est une nouvelle fois, dans un climat tendu entre professionnel.le.s et Gouvernement, que ces deux journées se sont déroulées. Alors que depuis plusieurs années les acteurs de terrain voient les moyens mis à disposition diminuer, le Gouvernement annonce des projets, mais aucun n’est réellement concrétisé et les situations des professionnels et des familles se détériorent. Baisse des mesures de prévention, manque de places adaptées et de professionnel.le.s, fin des suivis jeunes majeurs, réforme de l’ordonnance de 1945, Loi de transformation de la Fonction publique, sont autant d’attaques contre les services de Protection de l’Enfance que collectivement et de façon la plus unitaire possible, la CGT aux côtés d’autres organisations syndicales et d’associations a appelé à la mobilisation le 4 juillet pour dénoncer les décisions du Gouvernement et revendiquer les moyens nécessaires à l’exercice des missions dans l’intérêt des enfants en danger et de leur famille.

Télécharger
Communiqué assise protection de l'enfanc
Document Adobe Acrobat 76.6 KB


Les niches fiscales coûtent 100 milliards d’euros par an à la collectivité

La CGT pointe depuis longtemps l’inefficacité de certaines niches fiscales. Le CICE, avec son coût de 20 milliards d’euros par an pour les finances publiques et son impact inexistant sur l’emploi, est un exemple tristement célèbre d’un cadeau inutile, en l’occurrence au capital. Dans Le Monde du 19 juillet, c’est Joël Giraud qui dénonce « l’incurie » du gouvernement. M. Giraud n’est pas militant CGT, mais… député LREM et rapporteur du budget. Le risque de biais idéologique est donc plutôt faible, et ses conclusions sont assez sévères.

Télécharger
190718 - Mémo 11 du Pôle éco - Niches Fi
Document Adobe Acrobat 145.7 KB


Non à la loi ! Déclaration unitaire du 23 juillet des organisations syndicales

Les organisations syndicales de la Fonction publique CGT, CFDT, FO, UNSA, FSU, SOLIDAIRES, CFE-CGC, CFTC et FA-FP réaffirment leur opposition à la loi de transformation de la fonction publique votée ce 23 juillet au Sénat après le vote du 18 juillet à l'Assemblée nationale. Cette loi contourne le statut de la fonction publique, garant de la neutralité du service rendu et de l'égalité des droits des agentes et agents mais aussi des usagères et usagers. Elle va également réduire les capacités des organisations syndicales à défendre collectivement les droits des agentes et des agents publics en termes de carrière et de santé et sécurité au travail par l'affaiblissement des commissions administratives paritaires (CAP) et la suppression des comités d'hygiène, santé et conditions de travail (CHSCT).

Télécharger
2019-07-23_declaration_des_organisations
Document Adobe Acrobat 136.8 KB


24 juillet : le gouvernement veut en finir avec la Fonction publique !

C’est au coeur de l’été que le gouvernement a décidé d’accélérer le processus de destruction des services publics. Ainsi, suite à la commission mixte paritaire (CMP) du 4 juillet 201 9 la version finale du projet de loi dit « de transformation de la Fonction publique » va être soumise au vote du Sénat le 24 juillet. À l’inverse des propositions portées par les organisations syndicales, représentantes des agents, ce projet de loi remet profondément en cause la Fonction publique et notamment son versant territorial. Jamais les garanties individuelles et collectives des agents n’ont été autant remises en cause, jamais le déni de démocratie sociale n’a été aussi fort. Le « rendez-vous salarial » du 2 juillet où, à aucun moment, le dégel du point d’indice n’a pu être évoqué en est aussi l’illustration.

Télécharger
TRACT 24 JUILLET 2019.pdf
Document Adobe Acrobat 207.5 KB

Les documents récents à consulter