Prolongation du passe sanitaire, état d’urgence,explosion du tarif de l’énergie… des signaux inquiétants, des populations sous contrôle !

Dans la nuit de mercredi 20 à jeudi 21 octobre, les députés ont voté la loi vigilance sanitaire qui a été adoptée par 135 voix pour et 125 voix contre, instaurant l'article 2 qui permet à l'exécutif de prolonger l'usage du passe-sanitaire et l'état d'urgence. Cette nouvelle atteinte aux Libertés individuelles est caractérisée alors que 75 % de la population française est vaccinée, que 90 % des plus de 60 ans ont reçu au moins 2 doses et que le masque a été supprimé dans les écoles dans 80 départements ! Certains députés de gauche comme de droite ont tenté de défendre une levée de toutes les mesures dont le caractère exceptionnel est devenu aujourd’hui permanent !



La CGT et la FSU ont rencontré la Direction de la DGAS et de la DPMISP

 

Suite à différentes Assemblées Générales, nos organisations syndicales ont été reçues avec une délégation de personnels le mardi 21 septembre par la Directrice de la DGAS, la Directrice de la DPMIS, le Sous-directeur adjoint de la DRH et son assistante.

Télécharger
TRACT CGT FSU.pdf
Document Adobe Acrobat 488.7 KB


Nouveau barème des traitements suite à l'augmentation du SMIC

Suite à l’augmentation du SMIC, le décret n° 2021-1270 du 29 septembre 2021 fixe à compter du 1er octobre 2021 le minimum de traitement à l’indice majoré 340 correspondant à l’indice brut 367.

À compter de cette date, les agents occupant un emploi doté d’un indice majoré inférieur à 340 percevront le traitement afférent à l’indice majoré 340 (indice brut 367).

Cela impacte :

• Les 6 premiers échelons de l’échelle C1,

• Les 4 premiers échelons de l’échelle C2,

• Les 3 premiers échelons du grade d’agent de maîtrise.

Il s’agit ainsi d’une simple augmentation de l’indice minimum de traitement et non une modification des grilles indiciaires, qui pour le moment ne sont pas modifiées.

La hausse du point d’indice est l’unique levier permettant d’augmenter le traitement de tous les agents de façon égalitaire.

Le point d’indice de la Fonction publique détermine la rémunération des fonctionnaires. En moyenne, il représente plus de 80 % du salaire des agents de la Fonction publique.

La valeur actuelle du point d’indice est de 4,68603 € bruts.

 

Le traitement indiciaire est calculé en multipliant l’indice majoré (variable selon le grade et l’échelon du fonctionnaire) par le point d’indice.

Les nouvelles grilles de salaire au 1/01/2022 :

Télécharger
CATÉGORIE A.pdf
Document Adobe Acrobat 1.1 MB
Télécharger
CATÉGORIE B.pdf
Document Adobe Acrobat 407.2 KB
Télécharger
CATÉGORIE C.pdf
Document Adobe Acrobat 860.9 KB


CTP du 15 octobre : la CGT engagée sur les dossiers !

L’ordre du jour décliné en 10 points a porté tant sur des modifications, apports, ajustements divers en matière d’organisation, sur la révision de certains règlement ARRT, la présentation du Rapport Social Unique outils précieux puisqu’il donne une photographie extrêmement précise de la collectivité en terme de ressources humaines, les taux de promotion, la convention entre le fonds d’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique et le Département… 

Télécharger
CGT actualité CT du 15 octobre 2021 fina
Document Adobe Acrobat 379.6 KB

Auxiliaires de puériculture : catégorie B au rabais !

Depuis de nombreuses années, la CGT revendique le passage en catégorie B des auxiliaires de puériculture et se félicite que ce sujet soit enfin abordé au Conseil Supérieur de la Fonction Publique Territoriale. En effet, ces professionnels de la Petite Enfance, détenteurs d'un Diplôme d'État souffrent d'un manque flagrant de reconnaissance. Ces professionnel·le·s ont des métiers à forte pénibilité et sont payé·e·s au SMIC en début de carrière. Depuis de trop nombreux mois, elles et ils ont lutté contre la réforme des modes d'accueil. Pour autant, le décret publié en août dernier va, sans conteste, fortement dégrader leurs conditions de travail et la qualité d’accueil des enfants. Aussi, le passage en catégorie B est plus que légitime.



Prime de précarité : un pas historique franchi par la Collectivité !

En juin dernier, nos organisations syndicales vous informaient d'avancées remarquables obtenues par la CGT et la FSU dans le cadre d’un cycle de négociations entamées avec notre Collectivité à partir du printemps. La Collectivité formalise concrètement ses engagements en soumettant un rapport au Conseil Départemental du 20 octobre afin de mettre en œuvre les décisions concernant la prime et le taux de précarité.

Télécharger
TRACT CGT FSU.pdf
Document Adobe Acrobat 472.6 KB


Taux de promotion 2022-2024 : une machine à fabriquer des déçu·es !

 

Notre syndicat défend depuis toujours, la mise en place de taux de promotion à 100 % seul principe capable d’assurer un déroulement de carrière linéaire, en donnant la possibilité à tous les agents d’accéder au grade supérieur dès lors qu’ils remplissent les conditions statutaires.

Télécharger
CGT-ACTUALITÉS.pdf
Document Adobe Acrobat 276.4 KB


Pour notre pouvoir d’achat, il faut des augmentations générales !

La ministre a convoqué « une conférence salariale » le 6 juillet dernier. Juste avant, au cours d’une opération de communication, Amélie de Montchalin avait annoncé dans les médias des gains de pouvoir d’achat qui, dans la réalité, sont totalement inexistants. Le lendemain, notre organisation avait démonté ce qui relève de l’entourloupe. Nous avons la ferme conviction que le débat sur les salaires des 5 millions d’agentes et d’agents des trois versants de la fonction publique mérite mieux que les présentations malhonnêtes. C’est pourquoi, nous versons cette nouvelle contribution sur ce sujet essentiel.

Télécharger
2021-10-08-10p100_pt_indice.pdf
Document Adobe Acrobat 842.2 KB

Journée d'action et de manifestations des sages-femmes le 7 octobre

Dans toute la France, les sages-femmes étaient en grève le 7 octobre pour exprimer leur ras le bol de la dégradation des conditions de travail et du manque de reconnaissance de la profession par les pouvoirs publics. Elles demandent notamment au ministre de la Santé une revalorisation conséquente de leurs rémunérations, des effectifs supplémentaires et des moyens pour prendre correctement en charge les patientes et les enfants.

 

Notre photo : les sages-femmes de PMI de Marseille en grève et en manifestation à Paris le 7 octobre.



Le 5 octobre, plus de 160 000 manifestants ont exprimé leur colère

Plus de 160 000 manifestants disaient mardi 5 octobre dans toute la France leur mécontentement face aux choix du gouvernement. Actifs comme retraités, ils se sont retrouvés dans l'un des 200 rassemblements qui ont eu lieu hier mardi 5 octobre. Issus de tous les secteurs d'activité et de différentes administrations, ils sont venus dire leur ras-le-bol face aux conditions de travail dégradées, aux salaires et aux pensions qui stagnent pendant que le coût de la vie augmente. Ils ont dit aussi l'importance de services publics forts et accessibles à tous.


Les idées reçues sur les 32 heures