Les professionnels mobilisés se donnent rendez-vous mercredi 26 janvier

DGAS – Prévention sociale

Suite aux Assemblées Générales qui se sont tenues les 7 décembre et 11 janvier derniers, les professionnels de prévention sociale présents ont décidé d’interpeller Madame la Directrice de la DITAS. Par courrier ils ont exprimé leur découragement face à la dégradation de la situation du service social départemental et dressé les constats. Au-delà de l’urgence à agir dans l’intérêt des populations, ils portent des propositions.

Télécharger
FLASH DGAS CGT FSU.pdf
Document Adobe Acrobat 887.7 KB


27 janvier, journée nationale de grève et d’actions pour l’augmentation générale des salaires, des retraites et des minimas sociaux.

Les faits sont là : entre le 1er janvier 2000 et mars 2020 le point d’indice a perdu 17% de sa valeur par rapport à l’inflation. Soit une perte de 500€ mensuels en moyenne pour un agent de catégorie A, de 300€ pour un agent de catégorie C. Entre 2000 et 2020, le nombre d’agents payés soit au smic, soit au smic +10% est passé de 500 000 à 1 million de personnes. Un agent de catégorie C déroulant sa carrière complète sur deux grades « bénéficie » d’une amplitude de carrière de 27,8%. C’était 39% en 2000 avec une carrière plus courte de 6 ans. Pour la catégorie B l’amplitude indiciaire sur les deux premiers grades est aujourd’hui de 56% alors qu’elle était de 71% en 2000, pour une durée de carrière moins longue. Aujourd’hui, un agent de catégorie B, titulaire du bac, commence sa carrière au SMIC. On recrutait dans les premiers grades de catégorie A à 47% au-dessus du SMIC en 2000, c’est 17% aujourd’hui… Les salaires des agents contractuels sont impactés de la même manière...

La dégradation de nos traitements, le nivellement par le bas, ça suffit !


Télécharger
tract_2027_20janvier.pdf
Document Adobe Acrobat 306.9 KB


Les sages-femmes se mobilisent les 27 janvier et 1er février

Les Fédérations CGT des Services publics, de la Santé Action sociale, et leurs unions fédérales respectives, revendiquent pour les sages-femmes relevant de la fonction publique :

  • La revalorisation immédiate des traitements et des primes qui prenne en compte la responsabilité et le niveau de qualification à BAC+5
  • Une revalorisation du point d’indice à 6 euros
  • La reconnaissance des qualifications, de l’expertise et des responsabilités
  • Une sixième année d’étude débouchant sur une thèse d’exercice
  • Un plan de recrutement massif d’emplois statutaires de sages-femmes, nécessaire pour assurer la continuité et la qualité du service public
  • Le renforcement des centres de PMI et CPEF et arrêt immédiat de leur fermeture
  • Une loi de finances publiques et un PLFSS à la hauteur des besoins et permettant d’assurer les missions de service public
  • Des politiques publiques médico-sociales et de santé ambitieuses pour un service public de qualité accessible à toutes et tous partout sur le territoire

Toutes et tous en grève et manifestations jeudi 27 janvier 2022 pour faire entendre notre voix ! Poursuivons et amplifions la mobilisation le 1er février, journée nationale de grèves et manifestations du secteur social et médico-social !

Télécharger
tract_sages-femmes_janvier2022-2.pdf
Document Adobe Acrobat 405.1 KB

Le 27 janvier, les assistants et assistantes socio-éducatives mobilisé·es

Les professionnels du social de la Fonction publique territoriale ne cessent de montrer au quotidien leur engagement dans l’accompagnement des populations les plus précaires et ce, sans que jamais le gouvernement n’apporte la moindre réponse à leurs besoins. Avec la CGT, ils n’ont eu de cesse, depuis des années, d’exiger des gouvernements et ministères successifs une réelle reconnaissance de leurs qualifications et responsabilités.

Télécharger
TRACT CGT.pdf
Document Adobe Acrobat 618.2 KB


CHSCT du 25 janvier 2022

Protocole Covid-19 : nouvelle étape d’évolution

Depuis près de deux ans l’actualité professionnelle des agents du Conseil départemental est rythmée par la mise en oeuvre des différents protocoles Covid-19 qui peuvent être modifiés – nous l’avons vu ces dernières semaines – au cours du week-end7. La loi instaurant le passe vaccinal a été adoptée le 16 janvier par le Parlement. Le passage du passe sanitaire au passe vaccinal amplifie davantage encore la disproportion entre les objectifs prétendument poursuivis par le gouvernement et les atteintes aux droits et libertés des citoyennes et citoyens. L’adéquation entre les mesures et la protection collective en termes de santé n’est d’ailleurs pas assurée puisque le passe vaccinal ne garantit pas l’état viral de la personne et qu’un test négatif est désormais exclu par la nouvelle loi. C’est dans ce contexte et en présence de Monsieur le DRH, que s’est tenue la réunion CHSCT de ce jour et sur la base de la Loi n° 2022-46 du 22 janvier 2022 renforçant les outils de gestion de la crise sanitaire et modifiant le Code de la santé publique instaurant le passe vaccinal.



Rencontre annuelle

Le syndicat CGT a rencontré Madame Vassal, Présidente du Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône

Placée sous le signe du dialogue et de l’échange constructif, cette rencontre a permis à la CGT d’aborder un large ordre du jour sur les sujets aussi bien transversaux que spécifiques à chaque Direction. Notre syndicat a pu à cette occasion saluer la qualité du cycle de négociations entamé au printemps dernier et qui a permis à la Collectivité de franchir le pas historique avec l’attribution de la prime de précarité aux personnels médicaux, 

 

Télécharger
CGT-ACTUALITÉS.pdf
Document Adobe Acrobat 1.0 MB

Pétition : travailler plus pour gagner moins, pour la CGT, c'est non !

Alors que le pays compte des millions de chômeurs et précaires qui côtoient des millions de salariés épuisés par leur travail, le Gouvernement ne trouve rien de moins absurde à faire que d’allonger le temps de travail des fonctionnaires territoriaux et de continuer d’encourager, par des financements publics, le recours aux heures supplémentaires. C’est dans ce cadre que la loi dite de "transformation de la fonction publique" du 6 août 2019 qu'il veut imposer aux collectivités territoriales d’ici fin 2022  les 1 607 heures "plancher" alors que les accords antérieurs sur les 35 heures en 2002 prenaient en compte la pénibilité, les contraintes de travail, les horaires décalés, ce qui donnait des accords à 1 607 heures "plafond" mais avec des heures effectives moins importantes. 

Signez la pétition et retournez-la au syndicat !


Les idées reçues sur les 32 heures