À la une...


     
 

Pour l’intérêt général, pour des services et une fonction publique 

de progrès social : mobilisons-nous !

 
   

Le gouvernement vient de présenter son projet de loi de « transformation de la fonction publique ». Ce projet est un outil de casse des services publics et de la Fonction publique :

  • il démantèle le statut général des fonctionnaires, fondé sur les principes d’égalité, d’indépendance et de responsabilité, qui est avant tout une garantie pour les citoyens et citoyennes,
  •  il amplifie les situations de précarité et la flexibilité, notamment par le recours accru au non-titulariat,
  •  il introduit un dispositif de « rupture conventionnelle »,
  •  il assèche les compétences des organismes consultatifs des personnels qu’ils soient fonctionnaires ou agent-e-s non titulaires,
  •  il porte une attaque sans précédent contre les droits et garanties de l’ensemble des personnels.

Ce projet de loi intervient alors même qu’une importante exigence de développement et d’accès aux services publics de proximité résonne dans le territoire depuis plusieurs mois. Alors que le « grand débat national » censé y apporter des réponses se poursuit, la précipitation gouvernementale confirme que celui-ci n’est qu’une simple opération de communication.

 
     

Communiqué de la fédération CGT des services publics

Casse de la fonction publique : la CGT ne laissera pas faire !

Ce 13 février, le secrétaire d’État en charge de la Fonction publique a convoqué un Conseil commun de la Fonction publique dans des conditions plus que problématiques (voir la déclaration unitaire des 9 organisations syndicales jointe à ce communiqué).


Dans son propos introductif, le secrétaire d’État a tutoyé les sommets de la provocation et de la malhonnêteté en vantant son attachement au dialogue social et au respect du rôle des représentants des personnels.


Quelle terrible contradiction en effet entre ce discours et les faits, puisqu'aucune des propositions des syndicats émises depuis des mois n'est réellement prise en compte et que le gouvernement confirme sa volonté d’assécher les compétences des organismes consultatifs.


Car, c’est bien ce qui est explicitement prévu dans le projet de loi Fonction publique remis sur table lors de cette réunion.
Et ce texte législatif ne s’arrête pas là, loin s’en faut.


En visant, notamment, à un recours massivement accru au non titulariat, en instituant la rupture conventionnelle dans la Fonction publique, en faisant des éléments salariaux individuels une partie prépondérante de la rémunération et en mettant en place un arsenal de dispositions pour accompagner les abandons de missions publiques et des dizaines de milliers de nouvelles suppressions d’emplois, le projet du pouvoir exécutif constitue bien une remise en cause du Statut général.


En prévoyant l’avis du Conseil commun dès le 6 mars, l’adoption au Conseil des ministres du 27 mars et le vote au Parlement – en procédure accélérée – pour le mois de juin, les dirigeants ultra libéraux démontrent que, en dépit de la crise actuelle, ils ne changent rien à leur logiciel programmé sur l’autoritarisme et le passage en force.


Face à cette mascarade et à ce déni de démocratie sociale, la CGT, avec 6 autres organisations syndicales, a quitté la séance sans en attendre une fin connue d’avance.


Pour l’augmentation générale des salaires et des pensions, l’amélioration et le renforcement du Statut général, un vaste plan de titularisation, le développement des missions publiques, la préservation des régimes spéciaux de retraite et l’amélioration de la qualité du service public rendu aux citoyens, la CGT entend bien prendre toutes ses responsabilités.


Pour cela, elle appelle sans attendre à élever le rapport de force et à l’inscrire dans un processus de mobilisation.


Le 14 février 2019


Syndicaliste et homme politique français. En tant que ministre du Travail et de la Sécurité sociale entre 1945 et 1947, il participa à la fondation de la Sécurité sociale et du système des retraites en France. Il fut également secrétaire général de la Fédération des travailleurs de la métallurgie CGT.




8 MARS 2019

JOURNÉE INTERNATIONALE

POUR LE DROIT DES FEMMES

MANIFESTATION À MARSEILLE


8 mars 2019 : un appel de syndicats, associations féministes, ONG et organisations de jeunesse

15h40, pourquoi ? 15h40, c’est l’heure à laquelle les femmes arrêtent d’être payées chaque jour, sur la base d’une journée standard (9h00 – 12h30  /13h30 – 17h).  Les femmes sont toujours payées 26% de moins que les hommes, parce qu’elles sont 30% à travailler à temps partiel,  parce qu’elles sont concentrées dans des métiers dévalorisés socialement et financièrement, parce qu’elles n’ont pas de déroulé de carrière, parce qu’elles touchent moins de primes, d’heures supplémentaires C'est comme si elles arrêtaient tous les jours d’être payées à 15h40. Pour dire que nous exigeons nos droits. Pour exiger que notre travail soit reconnu et rémunéré. Pour imposer la fin des violences et garantir nos libertés de choix. Pour gagner l’égalité. Pour faire entendre nos revendications à nos employeurs et au gouvernement. Nous appelons à une grève féministe le 8 mars, à des actions des rassemblements, des manifestations. Débrayons à 15h40. Portons toutes et tous un foulard violet !



Appel CGT, FO, Solidaires, UNEF, UNL, UNL-SD à une journée d’action, de mobilisations et de grève le 19 mars

La situation sociale en France est marquée par l’expression diverse et multiple d’un mécontentement social grandissant, par l’aspiration à une véritable justice sociale et fiscale, par la dénonciation des reculs sur les libertés publiques comme individuelles. Le mouvement des gilets jaunes est l’expression récente de cette profonde crise sociale. Alors que les annonces faites par le président de la République ou son gouvernement n’ont pas répondu aux attentes, alors que des lois portant atteinte aux libertés syndicales et de manifester sont votées, que les prix des produits de consommation courante continuent à la hausse, que la suppression de l’ISF n’est pas remise en cause, que le chômage progresse… Le « grand débat national » ne peut ni se substituer, ni contourner, encore moins être opposé aux revendications sociales et syndicales.

 

Télécharger
APPEL À LA JOURNÉE NATIONALE D'ACTION DU 19 MARS
12_02_19_-_communique_des_organisations_
Document Adobe Acrobat 87.5 KB

L’intersyndicale Fonction publique écrit au Premier ministre sur le pouvoir d’achat et le futur projet de loi

Monsieur le Premier ministre,


Nos organisations syndicales CGT, CFDT, UNSA, FSU, Solidaires, FA-FP, CFE-CGC, CFTC, représentatives de plus de 5 millions d’agent.e.s, s’inquiètent de l’avenir promis à la Fonction publique.


Face aux inégalités sociales et territoriales, au sentiment d’abandon d’une grande partie de la population, la Fonction publique a un rôle important à jouer. Sans les agent.e.s, qu’ils soient dans le versant de l’État, celui de la Territoriale ou de l’Hospitalière, les missions indispensables des services publics au service des usagers ne peuvent être rendues, l’isolement est renforcé et les inégalités grandissent. (Lire la suite ci-contre)

Télécharger
L'INTERSYNDICALE ÉCRIT AU PREMIER MINISTRE
2019_02_07_lettre_commune_premier_minist
Document Adobe Acrobat 301.6 KB


L'augmentation du point, c'est mieux que les heures sup' !

Après les annonces du président de la République, le secrétaire d’État en charge de la Fonction publique affirme que faire des heures supplémentaires, sans cotisations sociales ni impôt sur le revenu, c’est mieux, plus gratifiant et moins onéreux que d’augmenter la valeur du point d’indice. Voilà bien des propos qui relèvent avant tout de l’intox !

Voilà bien des propos qui relèvent avant tout de l’intox ! Essayons donc d’y voir plus clair.


① La première entourloupe, c’est de comparer des dispositifs qui ne sont pas du même ordre. Comme le pouvoir en place feint de l’oublier, rappelons une vérité toute simple : les heures supplémentaires sont celles accomplies au-delà de la durée légale du travail ! Autrement dit, il ne s’agit en aucun cas d’une augmentation salariale comme l’est la revalorisation du point d’indice. Avec les heures supplémentaires, on se situe complètement dans le « travailler plus pour gagner plus » cher à Nicolas Sarkozy.

② La seconde manipulation du gouvernement est d’affirmer que cela revient moins cher d’actionner le levier des heures supplémentaires que de revaloriser la valeur du point et que, de surcroît, c’est bien plus rémunérateur pour le salarié. Et le secrétaire d’État d’avancer le coût de 2 milliards d’euros pour 1 % de hausse de la valeur du point.

Télécharger
L'AUGMENTATION DU POINT D'INDICE
2019_01_18_points_vs_heure_sup_fp.pdf
Document Adobe Acrobat 109.3 KB


Odieuse attaque sexiste de Stéphane Ravier contre notre camarade Lydia Frentzel

Notre camarade Lydia Frentzel, élue au Comité technique du Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône sur les listes de la CGT, et par ailleurs Conseillère municipale EELV à la mairie de Marseille, a été victime d'une agression sexiste d'une rare violence par l'élu du Rassemblement National Stéphane Ravier lors du dernier Conseil municipal de Marseille le 4 février. Alors que cette élue lançait au sénateur : "On se verra dans les 13-14 et je viendrai aider les équipes..." ce dernier a répondu par une odieuse déclaration : "au même hôtel, le même jour, à la même heure !" laissant entendre que les femmes élues étaient des prostituées.

Télécharger
COMMUNIQUÉ DE PRESSE CGT-CD13.pdf
Document Adobe Acrobat 149.6 KB


Pouvoir d’achat : 8 organisations syndicales de la Fonction publique appellent les agents à se mobiliser !

Nos organisations syndicales (CGT, CFDT, Unsa, FSU, Solidaires, FA-FP, CFE-CGC, CFTC) représentatives de plus de 5 millions d’agents, lancent une pétition pour exiger une revalorisation salariale de toutes et tous les agent-es. Nous appelons l’ensemble des collègues à la signer et faire signer massivement.

 

Au quotidien, les agents publics travaillent au service de l’intérêt général et font vivre des services publics de qualité sur l’ensemble du territoire. Améliorer leur pouvoir d’achat est d’autant plus urgent que, depuis son arrivée, le gouvernement a accumulé des mesures négatives à leur encontre (gel de la valeur du point d’indice, mauvaise compensation de l’augmentation de la CSG, rétablissement du jour de carence…).

 

Au cours des prochaines semaines, les militant.e.s iront sur le terrain, pour faire signer cette pétition, également disponible en ligne.

Les premiers signataires de cette pétition sont :

  • Jean-Marc Canon (CGT Fonction publique)
  • Mylène Jacquot (CFDT Fonctions publiques)
  • Luc Farré (Unsa Fonction publique)
  • Bernadette Groison (FSU)
  • Gaëlle Martinez (Solidaires Fonction publique)
  • Bruno Collignon (FA-FP)
  • Nathalie Makarski (Services publics CFE-CGC)
  • Denis Lefebvre (CFTC Fonctions publiques)

         
   

VO Impôts 2019 : le n° 1 des guides fiscaux

   
   

Tout savoir sur le prélèvement à la source

Réputée pour la fiabilité irréprochable de ses chiffres et la clarté de ses explications, la VO Impôts est rédigée par des journalistes juridiques et des experts fiscaux. C'est l'outil indispensable pour vous aider à comprendre les réformes fiscales et à déclarer vos revenus le plus justement possible.

 

Commander la VO impôts 2019

   
         

Les documents récents à consulter