Attention ! pendant le mois d'août, les permanences de vos délégué.e.s CGT au local syndical de l'HD-13 sont modifiées. Veuillez téléphoner ou envoyer un courriel pour connaître leur disponibilité. Merci !




 

Manifestation jeudi 20 septembre 2018

à 10H30 au Vieux-Port à Marseille

 

- Pour le retrait des réformes et restructurations annoncées : SNCF, Fonction Publique, Universités
- Pour l'abrogation des lois qui remettent en cause les garanties collectives
- Pour l’augmentation des salaires, des pensions, des minima sociaux, des revenus de remplacement, le SMIC à 1 800 €
- Pour le passage au 32 H avec maintien de salaire
- Pour l'égalité salariale et professionnelle entre les femmes et les hommes
- Pour le maintien et le développement de nos atouts industriels
- Pour le financement des Services Publics afin d’assurer leurs missions au service de l’intérêt général en garantissant à toutes et tous, le droit élémentaire de se soigner, de se loger, de s’éduquer…
- Pour le financement de la Sécurité Sociale (maladie, famille, retraite, chômage, logement) basé sur les cotisations, par la mise à contribution des revenus du capital et non sur l’impôt.

 




Gouvernement : trop, c’est trop !

Communiqué de presse CGT, FA-FPT, FO et UNSA du 23 juillet 2018

Depuis un an, le ministre de l’action et des comptes publics refuse de recevoir les organisations syndicales de la fonction publique territoriale représentées au conseil d’administration du CNFPT.  Dès juillet 2017, ces organisations syndicales ont souhaité le rencontrer pour lui faire part de propositions à propos de la formation professionnelle et, plus particulièrement sur le rétablissement du taux de cotisation à 1% de la masse salariale des collectivités pour le financement du CNFPT. Cette première demande est restée lettre morte. En juin 2018, à l’approche de la loi de finances 2019, nos quatre organisations syndicales ont réitéré leur demande, sans plus de succès.

Télécharger
communique_de_presse_fdsp_fafpt_fo_unsa_
Document Adobe Acrobat 75.7 KB

RIFSEEP : le Conseil constitutionnel valide l’obligation d’instaurer le CIA

La mise en place d’un complément indemnitaire annuel s’impose aux collectivités territoriales qui instaurent le régime indemnitaire tenant compte des fonctions, des sujétions, de l’expertise et de l’engagement professionnel (RIFSEEP) de leurs agents.  Le Conseil constitutionnel n’y voit rien à redire. Le Conseil constitutionnel vient de valider l’obligation pour les collectivités territoriales qui veulent attribuer à leurs agents un régime indemnitaire tenant compte des conditions d’exercice des fonctions et de l’engagement professionnel de leurs agents publics, de constituer celui-ci en deux parts distinctes, lorsque les services de l’État correspondants appliquent un régime indemnitaire construit ainsi. Les juges de la rue de Montpensier avaient été saisis le 22 mai dernier par le Conseil d’Etat d’une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) posée par la commune de Ploudiry, située dans le Finistère (900 habitants). Forte du soutien du centre départemental de gestion de la fonction publique territoriale, la collectivité contestait la conformité à la Constitution de cette obligation découlant du premier alinéa de l’article 88 de la loi du 26 janvier 1984, dont la dernière version résulte de la loi "déontologie" du 20 avril 2016. Elle affirmait que ce principe porte atteinte au principe de libre administration des collectivités territoriales garanti par l’article 72 de la Constitution. La requête de la commune revenait à contester l’obligation pour les collectivités territoriales de prévoir un régime indemnitaire incluant une part relative à l’engagement professionnel de l’agent, lorsque les services de l’Etat servant de référence mettent en œuvre une part de cette nature.

Lire l'article complet


Le journal revendicatif des professionnels de l'action sociale CGT/FSU

L’ampleur de la dégradation des conditions de travail au sein des MDS avait conduit les personnels réunis en Assemblée Générale en juin dernier à voter un préavis de grève reconductible à compter du 3 juillet jour de tenue du CHSCT plénier. Ce préavis a immédiatement fait réagir la DRH qui a œuvré à l’organisation de deux réunions extrêmement importantes pour l’avancée de nos revendications et qui portaient sur les points à lire dans le journal ci-dessous.

Télécharger
JOURNAL REVENDICATIF CGT FSU SANS A.G..p
Document Adobe Acrobat 3.3 MB


La CGT est en deuil : Daniel Honde nous a quittés

C’est avec une immense tristesse que nous vous annonçons le décès de notre ami et camarade Daniel Honde. Les mots ne sont pas assez forts pour décrire qui était Daniel. Cet homme, un ami de tous ceux qui le connaissaient.
Vous l’avez certainement croisé sur son lieu de travail au service du courrier, ou simplement à l’entrée du Conseil Départemental en pleine distribution de tracts. Daniel, la force tranquille.
Nous saluons l’homme connu de tous pour sa gentillesse et son humanité, mais aussi l’élu au CTP qui défendait tous les agents du Département.
La valeur d’un homme ne se décrit pas par des mots mais vous vous souviendrez de ce qu’il a pu transmettre autour de lui : Humanité, Amitié, Solidarité.
Nous perdons un être cher, un mari, un père aimant, un ami, un camarade !
Un homme avec un grand H. La vie continue mais sans Daniel.
Ne l’oublions pas !

Pour toute la CGT, Alain Zammit



Les professionnels de PMI défendent une revalorisation du régime indemnitaire

L’Assemblée Générale du 26 juin a permis aux personnels présents d’échanger sur la mise en oeuvre du RIFSEEP – Régime indemnitaire tenant compte des fonctions des sujétions, de l’expertise et de l’engagement Professionnel –, des conditions de travail, de l’introduction des différents logiciels de recueil des données et de la future mise en œuvre de Doctolib.

Télécharger
TRACT DGAS PMI AG du 11 septembre 2018.p
Document Adobe Acrobat 306.0 KB

A.G. mardi 11 septembre de 14H à 17H à l'HD-13



 

Solidarité cheminots : un été 2018 sous surveillance

 
 

Au cours de ces 18 premiers préavis, les cheminots, ensemble, ont fait preuve d’un engagement, d’une lucidité et d’un sérieux sans faille. La Fédération CGT, consciente de ce que cela représente, redit toutefois que la période estivale doit être placée sous le contrôle des cheminots. Le Gouvernement et la direction de l’entreprise ne mesurent pas encore ce qu’ils ont semé. On ne fait pas de réforme régressive contre les salariés sans passer à la caisse tôt ou tard.

La vraie info est là !

 

Les revendications de la CGT

 

- Une négociation salariale immédiate pour le dégel de la valeur du point d’indice, le rattrapage des pertes subies et l’augmentation du pouvoir d’achat ;
- L’abrogation du RIFSEEP, dispositif injuste et portant atteinte à la Fonction publique de carrière ;
- L’arrêt des suppressions d’emplois et les créations d’emplois statutaires dans les nombreux services qui en ont besoin et non un plan destiné à accompagner de nouvelles et massives suppressions ;
- Un nouveau plan de titularisation des contractuel-le-s, de nouvelles mesures pour combattre la précarité et non pour favoriser son extension comme le préconise le gouvernement ;
- Des dispositions exigeantes pour faire respecter l’égalité professionnelle ;
- L’abrogation du jour de carence ;
- Le respect plein et entier de la démocratie sociale, du syndicalisme, de son rôle de représentation des agents et de ses moyens de fonctionnement et d’intervention (comité technique et CHSCT) ;
- L’arrêt des processus de remise en cause des régimes des modalités d’organisation du temps de travail, le respect du cadre des 35h et des dispositifs négociés avant 2001 ;
- La défense et la pérennisation du système de retraite par répartition et des régimes particuliers ainsi que l’amélioration de la reconnaissance de la catégorie active et de la pénibilité ;
- Le rétablissement du 1% CNFPT.

 



Les documents récents à consulter