Le fil de l'actualité

Gilet jaune + rouge + vert !
Gilet jaune + rouge + vert !



Mardi 18 décembre : journée nationale d’action

Rassemblement à Marseille devant la Préfecture à 13H00

Télécharger
appel-18dec2018-3.pdf
Document Adobe Acrobat 807.1 KB

Grandes journées d'action les 13, 14, 15 & 18 décembre 2018

Il faut agir pour une augmentation immédiate des salaires, pensions et de la protection sociale !

Télécharger
1811042-TRACT-CONTRE-LA-VIE-CHERE-MOBILI
Document Adobe Acrobat 159.0 KB

Pour la CGT, les revendications auxquelles il faut répondre, pour « un état d’urgence économique et social », sont : l’augmentation immédiate du Smic à 1 800 euros, l’augmentation généralisée des salaires, des pensions, du point d’indice dans la fonction publique, plus de justice fiscale, le rétablissement de l’impôt sur la fortune, l’exigence des négociations sur les salaires dans les entreprises, des services publics qui répondent aux besoins, la relance de la politique industrielle. Les mesures annoncées par Macron ne répondent en rien à l’urgence sociale : plus de 8 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté, et ce ne sont pas quelques euros qui vont leur changer la vie.



On va vous faire aimer l'impôt !

Augmenter les impôts et baisser les taxes : une urgence sociale !

 

Selon le dernier rapport de l’OCDE, la France, avec un taux de prélèvements atteignant 46,2% du Produit Intérieur Brut en 2017 serait championne du monde de la pression fiscale. La France championne du monde de la pression fiscale ? Faux !

 

Il est faux en effet de présenter ces données comme reflétant la fiscalité française. En effet, ces chiffres intègrent les cotisations sociales, qui ne sont ni des impôts ni des taxes mais un élément du salaire. De plus, d’un point de vue pratique, ces cotisations financent la sécurité sociale ; or, dans les pays où la sécurité sociale n’existe pas, les soins médicaux ne sont pas gratuits !

Ainsi les travaux de l’OCDE prouvent même que loin d’être un enfer fiscal, la France se situe dans la moyenne.

Une publication de la CGT-finances



Le discours qu'Emmanuel Macron a fait à ses amis du CAC 40


Après son allocution télévisée du lundi 10 décembre à 20 heures, le président de la République a écrit cette lettre retrouvée dans la poubelle jaune de l'Élysée. On vous la révèle en exclusivité. Toute ressemblance avec la réalité (sociale) est-elle pure coïncidence ?

Télécharger
MACRON AU CAC40.pdf
Document Adobe Acrobat 36.1 KB


DGAS : ensemble, faisons le bilan de l'année 2018 !

Les mobilisations de l’automne ont permis – au-delà des avancées enregistrées sur la prise en compte de nos revendications – l’établissement d'un calendrier de rencontres avec Madame la Déléguée à l’enfance dont le dernier rendez-vous de l’année est prévu jeudi 20 décembre 201 8 à 9h00.

Télécharger
TRACT DGAS AG 20 DÉCEMBRE 2018.pdf
Document Adobe Acrobat 290.4 KB


Liberté, égalité des droits pour la Journée Internationale des Migrants

Ce 18 décembre aura lieu la Journée Internationale des Migrant(e)s. Plus de 200 organisations, dont la CGT, participeront à des marches et rassemblements partout en France. Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT appelle à se mobiliser contre le populisme et le racisme.



Solidarité financière et collecte de biens pour les sinistré·e·s

L’Union Départementale CGT des Bouches-du-Rhône, suite au drame de la rue d’Aubagne, a acté le 12 novembre la mise en place d’une collecte de biens et de dons pour les sinistré·e·s de Marseille. Nous comptons sur l’ensemble de nos organisations et des militants pour faire vivre cette solidarité à la hauteur des enjeux.

Les dons financiers sont à adresser à l’UD CGT 13 à l’ordre de « L’UD CGT 13 Solidarité », les biens collectés seront stockés à la Bourse du Travail.


Calendrier CGT 2019 du syndicat

Le calendrier 2019 de la CGT est disponible ! Il a été distribué dans les services mais si vous ne l'avez pas eu vous pouvez vous le procurer au local syndical de l'Hôtel du Département (bureau A 1 131).




La solidarité envers les migrants n'a pas de frontières

Le 15 novembre 2018, la CGT organisait une journée de réflexion européenne sur le sauvetage en mer afin de construire pour les migrants une dynamique coordonnée face aux Etats qui ne respectent pas le droit international. Dans la lignée d'une journée organisée au siège de la CGT sur le sauvetage en mer en 2017 et d'une journée d'étude qui s'est déroulée cet été à Courcelles, la CGT a invité des syndicats français et européens, des capitaines de navire, des juristes, des douaniers, des associations, etc, pour élaborer une riposte coordonnée qui s'appuie sur le droit international. En effet, que cela soit la Convention des Nations Unies sur le Droit de la Mer de 1982 ou la Convention Internationale pour la Sauvegarde de la Vie en Mer de 1974, il existe tout un arsenal juridique qui prévoit l'obligation de sauvetage en mer face à une personne en détresse. Et pourtant aujourd'hui ce sont les capitaines de navires qui sont de plus en plus criminalisés. De multiples procédures judiciaires, notamment pour trafic illicite de migrants, ont été engagées contre les capitaines de navires, le personnel navigant, les pêcheurs ou les ONG réalisant du sauvetage récurrent. Après des années de procès, ils ont tous été blanchis, ce qui montre le caractère abusif et la visée dissuasive de ces procédures. Concernant les travailleurs migrants, il existe également dans le droit du travail international des conventions non ratifiées notamment par la France prévoyant l'égalité de traitement entre travailleurs migrants et travailleurs du pays d'accueil.

Télécharger
20181121_declaration_SauvetageEnMer_FR-v
Document Adobe Acrobat 185.2 KB

Les revendications de la CGT

 

- Une négociation salariale immédiate pour le dégel de la valeur du point d’indice, le rattrapage des pertes subies et l’augmentation du pouvoir d’achat ;
- L’abrogation du RIFSEEP, dispositif injuste et portant atteinte à la Fonction publique de carrière ;
- L’arrêt des suppressions d’emplois et les créations d’emplois statutaires dans les nombreux services qui en ont besoin et non un plan destiné à accompagner de nouvelles et massives suppressions ;
- Un nouveau plan de titularisation des contractuel-le-s, de nouvelles mesures pour combattre la précarité et non pour favoriser son extension comme le préconise le gouvernement ;
- Des dispositions exigeantes pour faire respecter l’égalité professionnelle ;
- L’abrogation du jour de carence ;
- Le respect plein et entier de la démocratie sociale, du syndicalisme, de son rôle de représentation des agents et de ses moyens de fonctionnement et d’intervention (comité technique et CHSCT) ;
- L’arrêt des processus de remise en cause des régimes des modalités d’organisation du temps de travail, le respect du cadre des 35h et des dispositifs négociés avant 2001 ;
- La défense et la pérennisation du système de retraite par répartition et des régimes particuliers ainsi que l’amélioration de la reconnaissance de la catégorie active et de la pénibilité ;
- Le rétablissement du 1% CNFPT.

 


Les documents récents à consulter