Gaz/électricité : le gouvernement

déterre la hache de guerre

Une nouvelle fois, par la voix de son ministre de l’énergie, M. Hulot auditionné ce mardi 18 Juillet 2017 au Sénat, le gouvernement s’attaque au fondement du service public de l’électricité et du gaz. Il décide de mettre fin aux tarifs réglementés et réclame la privatisation des barrages en imposant la mise en concurrence des concessions.

Dans son communiqué du 19 juillet 2017, la FNME CGT explique qu’il s’agit véritablement d’un nouvel acte de guerre à l’encontre du service public de l’électricité et du gaz. [lire la suite]

 

 
 

Le retour du jour de carence

pour les fonctionnaires

Gérard Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes publics, a annoncé le retour d'un jour de carence dans la Fonction publique. Il supprime donc l'indemnisation de la première journée d'arrêt maladie. Les fonctionnaires en arrêt maladie seront de nouveau soumis à un jour de carence. Cette mesure, qui supprime l'indemnisation de la première journée d'arrêt maladie, n'est pas nouvelle. Elle avait en effet été introduite en 2012 sous la présidence de Nicolas Sarkozy, puis supprimée en 2014 sous celle de François Hollande. [lire la suite]

 


 

Traité d’interdiction des armes nucléaires de l’Onu

Les armes nucléaires ne sont pas seulement immorales, elles sont illégales depuis le vendredi 7 juillet 2017. En effet, les Nations Unies viennent d’adopter un Traité d’interdiction des armes nucléaires. Le traité couvre tout l’éventail des activités liées aux armes nucléaires, interdisant à tout Etat partie de s’engager dans le développement, le test, la production, la fabrication, l’acquisition, la possession ou le stockage d’armes nucléaires ou d’autres dispositifs nucléaires explosifs (sources ONU). [lire la suite]

 

 

Les annonces fiscales du gouvernement

Après plusieurs jours de cacophonie, le Premier ministre a donné des précisions sur la baisse des impôts de 11 milliards d’euros. Il y en aura beaucoup pour les riches. Au départ, le gouvernement voulait réduire les impôts de 20 milliards sur l’ensemble du quinquennat. Finalement, pour rassurer les riches et notamment les financiers, il concentre plus de la moitié de cette baisse sur l’année 2018. En contrepartie, il annonce au moins 20 milliards d’économies de dépenses publiques, notamment sur la masse salariale de l’État. [lire la suite]

 




La CGT exige que la France ratifie et applique

le Traité d’Interdiction des Armes Nucléaires de l’ONU

C'est l 'été des festivals !



Et si vous passez dans le Tarn et l'Aveyron...



Les assistants familiaux toujours au cœur des préoccupations de la CGT !

20/07/2017


Vous trouverez ci-joint une nouvelle invitation pour la fête annuelle CGT des ASFAMS qui a du être repoussée du fait de l’interdiction préfectorale pour cause de risque d’incendie en juillet dernier. La fête est donc programmée le dimanche 10 septembre 2017. L’occasion pour nous de vous rappeler notre engagement à vos côtés et notre volonté d’œuvrer pour faire de la profession d’asfam un métier et un statut reconnu et protégé.

Télécharger
TRACT ASFAM JUILLET 2017.pdf
Document Adobe Acrobat 338.7 KB


DGAS : les professionnels mobilisés, déterminés à faire respecter les engagements de la Collectivité !

17/07/2017


Les mobilisations des 29 et 30 mai 2017 dans le cadre de la Protection de l’Enfance, celle plus globale du 13 juin 2017 ont permis d’instaurer un dialogue avec la Collectivité. Des Rendez-vous de suivi des engagements pris avaient été fixés et programmés en présence d’une délégation du personnel.

 

Télécharger
TRACT DGAS 17-07-2017.pdf
Document Adobe Acrobat 539.9 KB


Comité de défense des libertés ouvrières et syndicales

12/07/2017


Avec la gouvernance Hollande-Valls-Macron, ce sont près de 2 000 délégués syndicaux qui ont été licenciés, attaqués en justice avec l'insistance du ministère du Travail (voir aussi les dossiers comme les Good Year, Air France...). À la répression anti sociale pour briser la mobilisation pour l'abrogation de la loi dite "travail" s'est ajouté l'arbitraire des plans Vigipirate... et les plans d'état d'urgence (qui ne servent qu'à la répression sociale.... voir aussi les 3 000 militants assignés à résidence à titre préventif pendant le sommet COP 21 à Paris). Aujourd'hui, l'offensive patronale et gouvernementale à l'encontre de la CGT et de ses responsables à PSA nous appelle à la plus grande vigilance et à une solidarité renforcée. La création du comité de défense des libertés ouvrières et syndicales à PSA est une nouvelle initiative de résistance dont vous trouverez ci-dessous la présentation.


Cnfpt : remise en cause du droit à la formation

12/07/2017


La formation professionnelle est, de longue date, un axe revendicatif essentiel pour le salariat. Deux raisons se conjuguent pour donner corps à cette revendication d’un droit à la formation professionnelle continue – dans l’acceptation large de cette définition, c’est-à-dire de toutes les formations postérieures à l’entrée dans la vie active.

 

La politique du CNFPT est en train de se modifier de façon importante. La baisse de la cotisation, qui se  pérennise, conduit l’exécutif du CNFPT à s’adapter aux exigences gouvernementales de «  faire plus avec  moins.  »  Cela se caractérise par plusieurs mesures  :

  • une diminution de l’offre de formation en présentiel au profit du distantiel (formation  numérique, MOOC,...),
  • une gestion de plus en plus numérisée des inscriptions,
  • une remise en cause du principe de regroupement avec une baisse des formations en intercollectivité et une augmentation des formations en intra collectivité, souvent réalisées sur  mesure à la demande des employeurs,
  • la remise cause de la formation sur le temps de travail, avec le développement de la pédagogie  inversée et la culture du devoir. C'est-à-dire que le stagiaire doit, avant de participer à une action  de formation, effectuer un travail personnel d’étude, de recherche et de lecture,  
  • un recul des formations de préparation aux concours et des formations d’intégration.

 

Télécharger
Memo_Revendicatif_FormationProf-Adopté C
Document Adobe Acrobat 172.7 KB

Rétablissement du jour de carence : ce que disait Macron en 2015... mais ça, c'était avant !

 

 

« Tout d’abord, si l’on examine de près la situation des salariés du privé, on s’aperçoit que les deux tiers d’entre eux sont couverts par des conventions collectives qui prennent en charge les jours de carence. Donc, “en vrai”, comme disent les enfants, la situation n’est pas aussi injuste que celle que vous décrivez. »

 

Emmanuel Macron, ministre de l'économie et des finances en 2015 s'adressant à un député de droite.

 


Gouvernement Macron-Philippe : vers une loi El-Khomri XXL !

05/07/2017


Le gouvernement a engagé des rencontres avec les organisations syndicales et patronales sur la réforme du droit du travail. Chaque organisation est reçue individuellement, en tout et pour tout six fois une heure, pour 120 ans d’histoire sociale ! La CGT a décidé de participer à ces réunions avec un double objectif :

- avoir une législation du travail renforçant les droits de l’ensemble du monde du travail (salariés et non-salariés) ;

- dénoncer l’idée selon laquelle les droits collectifs seraient responsables du chômage.

 

Sur la base d’un document de 15 pages, la CGT a mis sur la table des propositions allant dans ce sens. Personne ne peut donc évoquer la désertion et le refus de discuter de la CGT dans ce processus.

 

Où en est-on à ce jour ? D’un côté, les syndicats sont reçus sans que le ministère ne dévoile précisément ses intentions. De l’autre, il faut lire la presse pour découvrir les principales mesures du futur projet de loi. On y apprend, par exemple, qu’un CDI de « projet », dans la droite ligne du CPE (Contrat Première Embauche) rejeté par la rue en 2006, serait créé pour allonger dans le temps la précarité et pour supprimer toutes contraintes financières pour les employeurs. Ce n’est ni plus ni moins qu’une vieille revendication du Medef. On y apprend également qu’il serait laissé la possibilité de licencier des salariés qui refuseraient d’adapter leur contrat de travail à un accord d’entreprise, même minoritaire. Dès lors, un salarié refusant une baisse de son salaire prévu dans un accord serait licencié sans possibilité de recours. Et la liste est longue…

 

Alors que 70% de l’opinion publique et une majorité de syndicats ont rejeté la loi dite El Khomri, ce gouvernement veut écrire une loi pire que la précédente ! La CGT refuse de servir d’alibi ou de faire-valoir dans le cadre d’un dialogue social pipé d’avance. Nous refusons d’ores et déjà d’entendre dire fin septembre que les ordonnances, présentées par le gouvernement, auraient été co-élaborées avec les syndicats. C’est pourquoi notre organisation a lancé une campagne d’information, de débat mais aussi de mobilisation dans les services, les entreprises et les territoires, dans le public comme dans le privé. Ces initiatives se prolongeront tout l’été car il n’est pas question d’accepter ce marché de dupes.

 

La CGT considère que la mobilisation doit s’amplifier, s’ancrer sur tous les lieux de travail, dans un cadre unitaire le plus large possible. La rentrée de septembre doit être la traduction des résistances, du mécontentement et d’une volonté de changement en matière économique et sociale.

 

C’est pourquoi elle propose de faire du 12 septembre, une journée d’action et de grève dans toutes les entreprises et services, publiques-privées.



JOURNÉE NATIONALE D'ACTION LE 12 SEPTEMBRE 2017 !


Mais puisqu'on vous dit qu'il n'y a pas d 'argent !

© Journal L'Humanité - d'après Youtube


La cour des comptes préconise le gel du point d’indice pour faire des économies sur les salaires des fonctionnaires.

01/07/2017


Pour la CGT Fonction publique, ce n’est malheureusement pas une surprise : les financements publics socialement et économiquement utiles sont insupportables pour la Cour des Comptes !  Ses dernières préconisations d’hier le confirment amplement. Constatant un « dérapage » des dépenses publiques (sujet sur lequel il y aurait beaucoup à dire mais ce n’est pas le propos de ce communiqué), la Cour se fend d’un certain nombre de préconisations, dont le côté tristement prévisible le dispute à l’engagement partial et subjectif !

 

Résumons :

- Gel de la valeur du point d’indice ;

- Suppression du supplément familial de traitement ;

- Deux départs à la retraite sur trois non remplacés dans la fonction publique de l’Etat (hors secteurs décrétés prioritaires) et un sur trois dans la fonction publique hospitalière et la fonction publique territoriale ;

- Baisse du nombre de promotions et freins aux déroulements de carrières ;

- Augmentation différenciée de la valeur du point entre les versants (quand il y aura des augmentations, ce qui visiblement n’est pas pour demain) …

 

N’en jetons plus, la coupe est pleine !

Au moins pourra-t-on sans regret dissoudre l’IFRAP puisque la Cour des Comptes le concurrence et le dépasse dans son libéralisme délirant…  Pour démontrer de manière définitive que la Cour des Comptes n’a plus aucune crédibilité dans ses recommandations, notons que, à aucun moment, elle ne s’interroge sur le coût exorbitant du CICE – 20 milliards d’euros par an- qui depuis sa mise en place début 2013 a permis au chômage…de s’accroître d’un demi- million de privés d’emplois supplémentaires !

Ceci posé, l’effet d’aubaine pour le gouvernement est manifeste. Dès hier soir, Gérald Darmanin annonçait dans les médias le gel de la valeur du point d’indice, jusqu’au moins 2018. On remarquera au passage combien l’attachement clamé au dialogue social et au respect des organisations syndicales est de pure façade : le ministre est plus prompt à aller sur les plateaux de télévision qu’à informer les syndicats représentatifs…

 

Sur le fond, une austérité accrue est donc bel et bien à l’ordre du jour.

Il ne faut pas compter sur la CGT pour accepter, de près ou de loin, de nouvelles amputations massives du pouvoir d’achat des agents de la fonction publique, la mise en péril de missions publiques essentielles pour la population, une détérioration accrue des conditions de travail, le démantèlement de la grille indiciaire unique.

 

C’est pourquoi, d’ores et déjà, la CGT Fonction publique appelle à s’emparer de la journée d’action interprofessionnelle du 12 septembre prochain pour élever le nécessaire rapport de forces, obtenir des avancées sociales et s’opposer aux reculs en tout genre.


Le journal Grand-Écran n° 66

Au sommaire :

P 2 : Actualité / de Macron, parlons-en !
P 4 : Actualité / sous le vernis, les vieilles recettes libérales
P 6 : Rencontre CGT-Ministre de l'action et des comptes publics
P 8 : Directions et services
P 12 : Assistantes familiales
P 14 : Retraites par points... ou point de retraite ?
P 16 : CHSCT / les récentes interventions de vos élu.e.s CGT
P 17 : Carrières / travailleurs sociaux, passage en "petit A" en 2018
P 18 : Carrières / PPCR : la CGT a eu raison de ne pas signer !
P 20 : Dernière



Grilles catégories A, B et C et revendications CGT

07/06/2017


La négociation PPCR s’est déroulée dans le contexte d’austérité instaurée par Sarkozy et entérinée par Hollande. C’est donc les mains quasi vides que la ministre a lancé cette négociation extrêmement longue qui n’a permis d’octroyer que très peu d’augmentation de la rémunération des agents territoriaux. Le gouvernement Valls a instauré un système de crédit où ce sont les agents qui paieront, durant leur carrière, le peu d’augmentation dont ils bénéficieront sur 4 ans. Le tour de passe-passe a surtout consisté à ce que ces améliorations soient en réalité financées par les fonctionnaires eux-mêmes. On donne quelques points par ici et on rallonge la carrière par là ! Ci-dessous les grilles des 3 catégories avec les revendications CGT.


Télécharger
Catégories A
4pagesppcr-cata-20042017-2.pdf
Document Adobe Acrobat 616.7 KB
Télécharger
Catégories B
4pagesppcr-catb-20042017.pdf
Document Adobe Acrobat 603.3 KB
Télécharger
Catégories C
4pagesppcr-catc-20042017.pdf
Document Adobe Acrobat 570.5 KB


Loading