Manif du 20 février à Marseille




JEUDI 27 FÉVRIER 2020

MOBILISATION POUR

LE RETRAIT DU PROJET DE LOI

ET CONTRE LA RÉPRESSION

10H00 À LA CENTRALE DE GARDANNE



La CGT le réaffirme : la répression syndicale, ça suffit !

La période qui s’est ouverte le 5 décembre connaît une aggravation significative des menaces et mesures de répression à l’encontre des militants syndicalistes, des jeunes (brutalités contre les lycéens qui refusent la réforme du bac), et plus largement des manifestants. La répression qui depuis plus d’un an frappe le mouvement des gilets jaunes devient la norme pour toute la société. Le simple fait de vouloir organiser un rapport de force pour peser dans une négociation (blocage, occupation symbolique, tags, distribution de tracts aux usagers …) devient prétexte à déclencher des mesures disciplinaires.

Télécharger
20200219_compress_a_l_occasion_de_la_jou
Document Adobe Acrobat 322.9 KB


RIFSEEP : réunion de la DRH avec les syndicats le 12 février 2020


8 mars : Journée internationale

pour les droits des femmes

Une étape de plus pour gagner le retrait

Avec l’appel de l’intersyndicale CGT, FO, SOLIDAIRES, FSU, UNEF, UNL, FIDL et MNL, la journée de mobilisation interprofessionnelle de jeudi 20 février a encore fortement mobilisé.

Des cortèges colorés, dynamiques et intergénérationnels, avec des slogans et des airs de musique engagés qui ont donné la pêche à plusieurs centaines de milliers de manifestants – dont beaucoup de grévistes – ont rassemblé sur plus de 200 lieux de manifestation partout sur le territoire. Pour exemple, l’usine Arquema, dans les Pyrénées-Atlantiques, est totalement fermée avec l’ensemble des salariés en grève.

Il faut rajouter à ces manifestations de nouvelles initiatives originales, un peu partout en métropole comme dans les DOM TOM. Toujours plus rassembleuses, elles donnent à cette mobilisation – dont la durée est historique – des envies d’en découdre encore et encore : concerts, spectacles, projections de films, retraites aux flambeaux, bals, signatures de pétition, carnavals de luttes…

Après la première réunion de la Conférence sur le financement des retraites où nous avons porté notre analyse argumentée sur l’enfumage des chiffres de déficit en mettant en face nos propositions, nous sommes dans l’attente d’une réponse du gouvernement.

L’intersyndicale de ce soir travaillera à l’organisation d’une Vraie conférence fin mars que nous voulons contradictoire et constructive. Nous y exposerons nos propositions pour améliorer notre système de retraite par répartition en nous appuyant tout particulièrement sur nos propositions en matière de conditions de travail et de financement.

Dès jeudi prochain, la CGT organise une autre grande journée d’action afin de revendiquer l’arrêt de toutes les formes de répression syndicale et de discrimination. Les campagnes du gouvernement pour amplifier les mises en examen, les menaces, les sanctions, à l’encontre de ceux et celles qui luttent, sont inacceptables. Quand un-e militant-e CGT est attaqué-e, c’est toute la CGT qui se mobilise pour elle ou lui.

Ensemble, nous devons continuer de lutter et d’expliquer encore et encore afin d’élargir toujours plus la mobilisation. La victoire est à notre portée, nous devons aller l’arracher !

Les Organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires, FIDL, MNL, UNL et UNEF appellent à poursuivre les actions sans relâche, sous toutes les formes décidées localement. Elles préparent, dans ce cadre, une grande journée de grève interprofessionnelle et de manifestations dans tout le pays mardi 31 mars pour faire échec à ce projet de loi.


Déclaration de la Fédération CGT des services publics

Depuis plus de deux mois, des milliers de salariés sont en grève, occupent leurs entreprises, organisent des initiatives et des actions sous toutes les formes, manifestent contre l’arnaque qu’est le projet de réforme de la retraite par point. La seule réponse de Macron, c’est la répression démesurée et violente envers les militants syndicaux, les citoyens et maintenant les étudiants et lycéens qui eux aussi se mobilisent contre l’avenir qu’il voudrait leur imposer.

 

Les agents territoriaux sont largement impactés par ce projet par la fin de la catégorie active et par le passage du calcul de nos pensions des 6 derniers mois pour les fonctionnaires ou des 25 meilleures années pour les salariés de droit privé, à toute la vie professionnelle. Soit une bascule brutale du niveau de nos pensions jusqu’à 30 %. Ce déni du déroulement de carrière annonce la fin du statut de la fonction publique et donc de notre Caisse Nationale de Retraite, la CNRACL, s’ajoutant à la Loi de Transformation de la Fonction Publique (LTFP). En liquidant les régimes spéciaux au profit d’un système universel prétendu plus « juste », cette réforme n’a pour but que de confisquer le fruit de nos cotisations au profit des sociétés rapaces telles que BlackRock.


La CGT porte un autre choix de société

• L’abrogation du RIFSEEP et l’intégration des primes dans le salaire indiciaire
• Un nouveau plan de titularisation des contractuels et de nouvelles mesures pour combattre la précarité
• L’obligation du respect du critère «à valeur de travail égale, salaire égal »
• Un véritable déroulement de carrière avec le doublement du traitement/salaire entre le début et la fin
• L’augmentation des salaires, principale source de cotisations sociales
• L’égalité salariale entre les femmes et les hommes, une mesure juste et efficace
• La suppression des exonérations des cotisations patronales, notamment celles des grands groupes et la confiscation des produits financiers

La Fédération CGT des Services Publics exige l’abrogation de la loi TFP, le maintien de nos régimes de retraite dont la CNRACL et le régime général ainsi que de la CNAV, condition préalable à leur amélioration. Elle appelle tous les agents dans tous les secteurs faire grève le 20 février.



A.G. des personnels de la DGAS en mars

C’est dans un contexte de forte mobilisation contre le projet sur les retraites, que les professionnels du service social départemental se sont retrouvés en janvier. L’échange a permis de revenir sur le quotidien d’exercice en MDS, d’aborder les mobilisations en cours dans d’autres services et de mettre au jour des orientations actuelles de la Collectivité.

Télécharger
AG DGAS 3 & 10 MARS 2020.pdf
Document Adobe Acrobat 381.8 KB



Résultat du 1er tour à la présidentielle 2017 :

Macron = 18,19 % des inscrits !


Communiqué de l'intersyndicale : un rejet universel

Largement majoritaire et de plus en plus confortée, l’intersyndicale CFE-CGC, CGT, FO, FSU, SOLIDAIRES, FIDL, MNL, UNEF et UNL renouvelle son exigence du retrait du projet de réforme des retraites. Le rejet de ce texte est grandissant :

✓ Les différentes institutions et caisses de sécurité sociale ont désormais rendu leur avis sur le projet de loi retraites. Et ils sont affligeants pour le gouvernement, aucune des consultations, de la CNAV à la CNNCEFP, n’est de nature à encourager à poursuivre le projet présenté.
Bien au contraire.
✓ Le Conseil d’Etat a rendu un avis d’une violence extraordinaire, pointant des insuffisances, des lacunes et des problèmes institutionnels. Du jamais vu !
✓ Le Conseil Supérieur de la Fonction Militaire a lui aussi rendu un avis négatif. Un fait rare !
✓ 100 % des barreaux et pratiquement toutes les professions libérales sont opposées et toujours
en lutte contre le projet.
✓ Les salariés du public et du privé prennent des initiatives multiples pour manifester leur
opposition à ce projet. Le monde de l’éducation donne un bel exemple d’unité intergénérationnelle puisque la mobilisation concerne tout autant personnels, lycéens et étudiants.
✓ Les experts de tout bord et de toute tendance se rejoignent tous dans l’analyse très critique du
projet, confirmant les 3 rapports à charge de l’Institut de la Protection Sociale, y compris les
inspirateurs de l’idée de régime universel qui viennent de dénoncer les impasses et les
incertitudes du texte annexé au projet de loi actuellement examiné à l’Assemblée Nationale.
✓ L’opinion publique, dont le fort soutien aux opposants n’a fait que croître, confirme dans toutes
les enquêtes récentes très majoritairement le désaveu.
Et pourtant le gouvernement s’entête :
➢ Il est sourd à la contestation massive de la grande majorité de la population.
➢ Il n’a pas éclairci les innombrables points obscurs du projet
➢ Il n'a pas de solution pour juguler le déficit créé par les exonérations de cotisations décidées
par ce même gouvernement
➢ Il fait peu de cas du débat démocratique en présentant un projet incomplet et mensonger et ce
dans une urgence parlementaire que rien ne justifie.

Jusqu’où ira ce gouvernement, jusqu’où devrons-nous aller ? Renforcée par tous ces soutiens unanimes, l’intersyndicale CFE-CGC, CGT, FO, F.S.U, SOLIDAIRES, FIDL , MNL, UNEF et UNL demeure déterminée et convaincue du bien fondé de poursuivre la mobilisation tout le temps nécessaire sur l’ensemble du territoire et parallèlement de renforcer l’information pour rétablir la vérité jusqu’au retrait de ce projet inutile et dangereux.


Retraites : communiqué de l’Association des maires de France qui exprime ses inquiétudes

L'AMF exprime ses plus vives inquiétudes sur le projet de loi portant la réforme des retraites. Réunis ce jour en Bureau, les élus de l’AMF ont déploré de ne pas avoir été associés à la concertation conduite par le gouvernement depuis deux ans et demandent instamment à participer à la conférence de financement, dans le cadre de la coordination des employeurs publics territoriaux. Parce qu’ils salarient plus d’1,8 million d’agents publics, les 35 000 employeurs publics locaux ne peuvent accepter que leur représentation dans la future gouvernance se résume à une présence symbolique. La réforme proposée pose donc de nombreuses interrogations aux employeurs publics locaux. [lire la suite en cliquant l'image]



Macron, Philippe, Black Rock... On lâche rien !

Jeudi 6 février, encore des dizaines de milliers de manifestant•e•s à Marseille et partout en France !


Retraite : la justice, c’est de retirer le projet !

Depuis le 5 décembre, notre pays vit au rythme des mobilisations populaires contestant le projet de réforme des retraites du gouvernement. Plus les jours passent, plus l’incompréhension et le rejet de ce projet sont importants et massifs dans l’opinion publique.

Ni juste, ni simple : voilà ce que dit la CGT depuis plus de deux ans. Les ministres eux-mêmes sont à court d’arguments pour convaincre, incapables d’expliquer ce que signifie une carrière complète. Ce que nous avons en revanche tous compris, c’est que cette réforme est d’abord budgétaire et veut nous contraindre à travailler au moins jusqu’à 65 ans, que cet âge soit appelé « pivot » ou « d’équilibre ».

Même le Conseil d’État confirme les arguments de la CGT sur de nombreux points. Le gouvernement veut donc demander au Parlement de voter une loi à plusieurs inconnues (pénibilité, âge de départ, montant des pensions, valeur du point…).

La CGT porte un autre projet, celui d’une société solidaire. Nous pensons que notre système actuel peut être amélioré pour mieux correspondre aux défis et aux réalités de temps. Il doit corriger les inégalités dont sont principalement victimes les femmes et les jeunes durant leur vie active. Ainsi, l’égalité salariale entre les femmes et les hommes est une urgence absolue. Elle permettrait de réduire les écarts de pension. Il est également urgent de prendre en compte les années d’études.

Si le gouvernement peine à trouver des ressources pour financer ces solidarités, voici quelques suggestions : augmenter les salaires pour une plus grande rentrée de cotisations sociales, revoir les exonérations de cotisations patronales notamment pour les grands groupes, taxer les produits financiers, etc.

Face à un gouvernement et un président autoritaires, refusant la contradiction et surtout d’être à l’écoute des citoyens, nous devons amplifier la mobilisation. La bataille est loin d’être terminée, une autre réforme est possible. Alors toutes et tous ensemble, agissons !

Nouveau document 4 pages confédéral sur la retraite >>>

Télécharger
2020_retraite4pages_4pages_v4_sr_ca_fc_v
Document Adobe Acrobat 5.8 MB


Compte-rendu de la rencontre annuelle entre la CGT et Madame la Présidente du CD-13

Cette rencontre placée sous le signe du dialogue a permis à la CGT de souligner sa satisfaction d’avoir obtenu de la majorité départementale la juste attribution de la prime exceptionnelle annuelle pour les assistantes familiales d’un montant de 1 600 euros et d’avoir été entendue sur la demande d’attribution du CIA selon le principe d’égalité de traitement "à grade et fonction identiques".

Pour lire le compte-rendu, cliquer sur l'image



Les syndicats de la SNCF dénoncent le versement de primes à des non-grévistes

Des syndicats ont dénoncé jeudi des primes versées par la SNCF à des non-grévistes avec leur paie de janvier pour les remercier de leur « professionnalisme », « implication » et « grande disponibilité » pendant la grève contre la réforme des retraites débutée le 5 décembre. « La stratégie est en consultation avec notre conseil juridique », a précisé Laurent Brun, secrétaire général de la CGT cheminots en s'appuyant sur les articles L2511-1 et L1132-2 du Code du travail, ainsi que sur « la jurisprudence de la Cour de cassation ». Accusant la direction de « pratique illégale et discriminatoire », SUD-Rail « ne s'interdit pas de saisir la justice », a indiqué dans un communiqué le troisième syndicat du groupe ferroviaire, qui dénonce aussi « d'autres procédés pour gratifier les non-grévistes, comme une soirée organisée dans un grand hôtel » à Paris.

   

Solidarité financière avec les grévistes

 
 

   

 

Aujourd’hui, notre département compte une soixantaine de grèves reconductibles, la solidarité du monde du travail est essentielle pour que ces grèves puissent perdurer et pour gagner le retrait du projet du gouvernement ! L'Union Départementale CGT 13 en appelle donc à la solidarité financière avec les grévistes.


Versements à l’ordre de « UD CGT 13 Solidarité »

UD CGT 13 – 23 Boulevard Charles Nédélec

13003 MARSEILLE

 

 
Le syndicat CGT du Conseil départemental
a effectué un versement de 7.000 euros
pour la solidarité des grévistes
Manifestation à Marseille le 10 décembre 2019 pour la bataille contre le projet de retraite à points