"Ma retraite, c’est mon droit !" Informations et revendications CGT

Avec les propositions de la CGT, nos élus CGT au Conseil d’administration de la CNRACL auront un rôle particulier à jouer pour la défense de la retraite des fonctionnaires, pour les affiliés actifs et retraités. Une participation massive aux élections professionnelles de décembre 2022 marquera l’attachement des fonctionnaires à leurs droits.




La retraite à 65 ans, c’est NON ! La retraite à 60 ans pour tous, c’est POSSIBLE !

Les travailleurs et les travailleuses, soutenus par la CGT et de nombreuses organisations syndicales, ont réussi à mettre en échec la réforme à points voulue par Macron en 2019-2020. Aujourd’hui, la CGT est déterminée à faire de même face à une réforme annoncée comme paramétrique (allongement des annuités et décalage de l’âge légal) mais qui cache une réforme systémique (disparition des régimes spéciaux ou spécifiques, et diminution programmée du niveau des pensions). Cette réforme est la porte ouverte au développement d’un marché de la capitalisation offert aux assurances privées et aux organismes complémentaires.

Le report de l’âge légal de départ à la retraite est comme une vieille rengaine qui nous reste dans les oreilles et nous empêche de réfléchir à la question. Il faut réformer les retraites parce que nous vivons plus vieux, parce que le financement du régime n'est pas assuré ou parce que les régimes spéciaux coûtent chers. Les détracteurs du régime de retraite interprofessionnelle ne cessent d’alerter sur son instabilité potentielle et offrent une seule solution aujourd'hui : le report de l’âge légal de la retraite à 65 ans.

Pour la CGT, cette proposition, au-delà d'être inadmissible et infondée, constitue une attaque en règle contre la Sécurité sociale.

Pour la CGT, il s’agit de réaffirmer, à l’instar de 70% des Français interrogés dernièrement, une opposition contre l'augmentation de l'âge légal de départ à la retraite, mais aussi la défense d'une retraite à 60 ans pour toutes et tous avec un revenu de remplacement qui permet de vivre dignement.

Cet objectif est atteignable. Le financement fondé sur le salaire socialisé est viable et s’inscrit dans une logique de progrès social, à hauteur des besoins, prenant en compte la réalité de la pénibilité du travail et de ses conséquences sur la santé des travailleurs.

Les leçons à tirer de la pandémie sont à portée de chacun. Depuis le début de la crise sanitaire, des milliards d’euros ont été débloqués pour soutenir l’économie et principalement les entreprises. Elle a aussi révélé la nécessité d’augmenter les salaires, l’importance des cotisations sociales et le niveau trop élevé de leurs exonérations, l’importance de faire disparaître les inégalités entre les femmes et les hommes, ainsi que de développer plus d’emplois en CDI ou sous statut.

Voici les éléments essentiels pour revenir sur les réformes régressives mises en place depuis 1993, en restaurant le calcul des pensions sur les 10 meilleures années dans le privé et en supprimant les décotes liées à la réforme Touraine, afin de véritablement permettre un départ à 60 ans à taux plein.


Argumentaire pensions de retraite, fiscalité : imposons d’autres choix !

C’est en 1988 que Philippe Seguin a décidé le décrochage des pensions de retraite du régime général par rapport au salaire moyen avec l’indexation des pensions de retraite de la Cnav sur l’indice des prix. Balladur en 1993 a allongé la durée de cotisations et a modifié le calcul (25 meilleures années au lieu de 10). Si Juppé en 1995 avait dû abandonner sa réforme, en 2003 Fillon a aligné la quasi-totalité des régimes de retraite sur la revalorisation en fonction de l’évolution des prix. 

Télécharger
argumentaire_pension_de_retraite_fiscali
Document Adobe Acrobat 1.1 MB

Retraites : le retour des régressions ?

Voilà le retour des annonces gouvernementales avec, en tête, les déclarations d’Emmanuel Macron sur la question des retraites. La crise sanitaire terminée ou pas, il anticipe pourtant sur les économies qu’il voudrait faire sur le dos des actifs et des retraités. Ainsi, si sa réforme à points version 2020 paraît définitivement hors-jeu, la question de l’équilibre financier du système donc de nouvelles régressions réapparaît et le président de la République prépare le terrain pour les annonces qu’il envisage durant l’été. Au menu, il pourrait être question d’augmenter la durée d’années de travail, notamment par une hausse de la durée de cotisation pour bénéficier d’une retraite à taux plein et le report de l’âge réel voire légal de départ en retraite à 64 ans.

Télécharger
_cp_cgt_retraite_retour_des_regressions-
Document Adobe Acrobat 374.9 KB